"Cellulairement" de Paul Verlaine : deux ans de prison pour avoir blessé Rimbaud

 Paul Verlaine assis dans un bar en France, 1880
 Paul Verlaine assis dans un bar en France, 1880  ©Getty - Mondadori Portfolio
Paul Verlaine assis dans un bar en France, 1880 ©Getty - Mondadori Portfolio
Paul Verlaine assis dans un bar en France, 1880 ©Getty - Mondadori Portfolio
Publicité

Deux hommes se disputent. Au cours de la querelle, Verlaine dégaine un pistolet de modèle Lefaucheux et le coup part. Même si Rimbaud, blessé au poignet, ne porte pas plainte, Verlaine est lourdement condamné, à deux ans de prison durant lesquels il écrira "Cellulairement".

Rassemblant, sans doute après sa sortie de prison, les poèmes qu'il avait écrits pendant son incarcération à Bruxelles (du 11 juillet au 24 octobre 1873) puis à Mons (du 25 octobre 1873 au 16 janvier 1875), Paul Verlaine avait prévu le titre Cellulairement. C'est ainsi qu'il se présente sur le manuscrit réapparu en 2004, acheté par l'État et conservé au musée des Lettres et Manuscrits – manuscrit essentiel, publié dans le présent volume. 

Une histoire particulière, un récit documentaire en deux parties
29 min

Après en avoir envisagé la publication, Verlaine y a renoncé, comme il a renoncé à ce titre. Tous les poèmes, à l'exception d'un seul, ont été repris, mais dispersés, dans des recueils ultérieurs. "Démembré par la suite" – à la différence d'Alcools qu'Apollinaire a plutôt remembré autour de son expérience de la prison et de la série de poèmes "À la Santé" –, Cellulairement n'en est pas moins un "recueil essentiel", comme le reconnaissait tout récemment Arnaud Bernadet. 

Publicité

Lecture par Jérémy Lopez de la Comédie Française

Musiques extraites de l'album *Electronic Nostalgia *  de et par Christof Dejean / Cézame et de l'album *This is not a clarinette *  de et par Evan Ziporyn / Cantaloupe 2001

L'équipe