Deux miroirs dans une partie du dépôt funéraire de la tombe étrusque d'Aléria
Deux miroirs dans une partie du dépôt funéraire de la tombe étrusque d'Aléria  - © Denis Gliksman/ Inrap
Deux miroirs dans une partie du dépôt funéraire de la tombe étrusque d'Aléria - © Denis Gliksman/ Inrap
Deux miroirs dans une partie du dépôt funéraire de la tombe étrusque d'Aléria - © Denis Gliksman/ Inrap
Publicité

La découverte d'une tombe étrusque du IVe siècle avant notre ère vient d’être réalisée sur un chantier d’archéologie préventive à Aléria en Corse orientale. Un événement attendu depuis 40 ans par les archéologues.

Avec
  • Dominique Garcia Archéologue et historien, Président de l'Inrap (Institut de recherches archéologiques préventives), professeur à l’université d’Aix-Marseille.
  • Laurent Vidal (Inrap) Archéologue à l'Inrap

La fouille d’une tombe étrusque du IVe siècle avant notre ère est une découverte que les archéologues attendaient depuis plus de 40 ans. Elle vient d’être réalisée sur un chantier d’archéologie préventive à Aléria en Corse orientale.

Bordée de voies antiques, la nécropole s’étend sur un hectare et est datée du IIIe siècle avant notre ère jusqu’au IIIe siècle de notre ère. Inhumations en fosse, en coffrage de maçonnerie, sépultures en coffrage de bois cloutés, mais aussi grands bûchers funéraires sont présents. Toutes ces sépultures, d’époque romaine, ont révélé un mobilier de prestige, avec de nombreux bijoux d’or…

Publicité
Vue générale de la tombe, après une volée de marche un couloir débouche sur la chambre sépulcrale
Vue générale de la tombe, après une volée de marche un couloir débouche sur la chambre sépulcrale
- © Denis Gliksman / Inrap

Sous cette nécropole romaine, se dissimulait une ultime sépulture, bien antérieure :  un hypogée étrusque. Une volée de marches donne accès à un long couloir débouchant sur la chambre sépulcrale creusée dans la roche.

Encore intacte, cette tombe, probablement de femme, livre un mobilier exceptionnel, miroirs de bronze, coupes à vernis noir œnochoé et skyphoi italiques. Un mobilier qui atteste des relations privilégiées entre la Corse et l’Étrurie, mais aussi, probablement, de la présence stable d’une population étrusque.

En haut : bague en or avec un animal énigmatique jouant avec une pelote / Boucles d'oreilles (or) II-IIe s. de notre ère. En bas : deux miroirs (cf. photo en une) / Boucles d’oreilles époque antique.
En haut : bague en or avec un animal énigmatique jouant avec une pelote / Boucles d'oreilles (or) II-IIe s. de notre ère. En bas : deux miroirs (cf. photo en une) / Boucles d’oreilles époque antique.
- © Denis Gliksman / Pascal Druelle / Inrap

>>> Pour aller plus loin : découverte d'une tombe étrusque en Corse par les archéologues de l'Inrap

L'équipe