Les statues royales reconstituées dans le musée de Kerma - © Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel
Les statues royales reconstituées dans le musée de Kerma - © Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel
Les statues royales reconstituées dans le musée de Kerma - © Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel
Publicité
Résumé

Au-delà des chutes du Nil et de la troisième cataracte, se dresse un étonnant pays : la Nubie.

avec :

Dominique Valbelle (Égyptologue, membre de la Société Française d’Égyptologie, professeure émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne), Charles Bonnet (Archéologue et professeur honoraire de l’Université de Genève, associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de Paris, directeur honoraire de la mission de Kerma.).

En savoir plus

C’est là, à un kilomètre de la capitale du royaume de Kerma, que le site de Doukki Gel renferme les vestiges d’une fondation égyptienne créée par Thoutmosis Ier. Doukki Gel, « la colline rouge » portait alors un nom issu d’une épithète divine : Panébès, « le jujubier », arbre sacré particulièrement fréquent dans la région.

Doukki Gel signifie la "colline rouge". Ce nom a été donné à cause des amoncellements de moules à pain, qui, en général, sur les sites archéologiques de la vallée du Nil, désignent les endroits où se trouvent des temples, et cela correspond au grand nombre d'offrandes faites aux dieux de ces temples. Dominique Valbelle

Publicité
Vue aérienne du site de Doukki Gel en 2020
Vue aérienne du site de Doukki Gel en 2020
- © Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

Nous allons parler de deux villes qui se trouvent curieusement très proches l'une de l'autre. Il s'agit de deux métropoles, considérables pour l'époque, datant des environs de 2 000 à 2 500 avant Jésus-Christ, et qui sont séparées seulement de 700 mètres ! Alors, nous avons d'abord étudié la ville de Kerma, la capitale de la Nubie, qui se trouve un peu plus au sud, et actuellement, nous travaillons dans la ville de Doukki Gel. Charles Bonnet

Les missions suisse, française et soudanaise ont entrepris de fouiller Doukki Gel où sera mis au jour, notamment, une cachette renfermant sept superbes statues royales, trois kouchites et quatre napatéennes, qui forment désormais le cœur du musée de Kerma. Le site resta un centre religieux de référence durant le royaume de Napata (env. 650-270 av. J.-C.) et perdurera durant le royaume de Méroé (env. 270 av. J.-C.-250 après J.-C.)

J'ai eu l'occasion de fouiller dans de nombreux pays et d'acquérir une expérience et dans ce domaine, ça joue un certain rôle. J'ai surtout une passion, celle de découvrir, de comprendre. Et cette passion n'est pas encore assouvie même si je suis aujourd'hui un vieux bonhomme ! [...] Chaque année, depuis cinquante-cinq ans, je me rends au Soudan, à raison de trois mois par an, c'est considérable. C'est presque une deuxième vie. Charles Bonnet

Aujourd'hui, le magazine d’archéologie de France Culture se penche sur cette ville sacrée et notamment ses temples dont l’originalité de l’architecture « africaine » constitue une avancée considérable. L’occasion est donnée aussi de percevoir les liens, les influences réciproques entre Nubie et Egypte, de découvrir la XXVe dynastie nubienne qui domina l’Egypte : les fameux « Pharaons noirs ».  

Les fragments des sept statues de rois de la XXVe dynastie et napatéens dans la fosse
Les fragments des sept statues de rois de la XXVe dynastie et napatéens dans la fosse
- © Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

Avec Dominique Valbelle, égyptologue, membre de la Société Française d’Égyptologie, professeure émérite de l’Université Paris IV-Sorbonne, ancienne directrice de l'Institut d'Égyptologie de l’Université de Lille III, et du Centre de Recherches Égyptologiques de la Sorbonne, et Charles Bonnet, archéologue et professeur honoraire de l’Université de Genève, associé étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de Paris, directeur honoraire de la mission de Kerma.

Pyramidion en terre cuite d’une pyramide napatéenne
Pyramidion en terre cuite d’une pyramide napatéenne
- © Mission archéologique suisse-franco-soudanaise de Kerma-Doukki Gel

Il y a toute une partie du continent africain qui est encore à découvrir. Le choix des historiens a été surtout fait en fonction des résultats extraordinaires de l'Egypte et l'on a absolument abandonné les études sur l'Afrique noire dite "barbare", ce qui ne paraît pas être le cas puisque nous étudions une ville organisée de manière sophistiquée. Et c'est pourtant une capitale noire. Charles Bonnet

Pour aller plus loin

Pages de Dominique Valbelle sur les sites wikipédia, de l'UMR Orient et Méditerranée et de la mission suisse-franco-soudanaise de Kerma Doukki Gel.

Pages de Charles Bonnet sur les sites wikipédia, de l'UMR Orient et Méditerranée et de la mission suisse-franco-soudanaise de Kerma Doukki Gel.

Site internet de la mission Kerma Doukki Gel.

Article "Charles Bonnet, de l'église médiévale aux pharaons noirs" sur le site de l'Université de Genève (Journal n° 72 du 28/02 au 14/03/2013).

Article et vidéo "Au Soudan, le Genevois Charles Bonnet dévoile les restes d'un passé africain" sur le site de TV5 monde (Février 2017).

Vidéo "Aux origines des pharaons noirs" - deux statues de pharaons noirs arrivent au musée d'archéologie de Neufchâtel pour l’exposition « Aux origines des pharaons noirs » (du 3 septembre 2014 - 17 mai 2015) au Laténium de Neufchâtel (Suisse).

Références

L'équipe

Jeanne Delecroix
Collaboration
Sandrine Chapron
Collaboration
Vanessa Nadjar
Réalisation