Une mère chimpanzé et son bébé mangent des branches de palmes
Une mère chimpanzé et son bébé mangent des branches de palmes
Une mère chimpanzé et son bébé mangent des branches de palmes ©Getty - © ROBERT PEARCE / Fairfax Media
Une mère chimpanzé et son bébé mangent des branches de palmes ©Getty - © ROBERT PEARCE / Fairfax Media
Une mère chimpanzé et son bébé mangent des branches de palmes ©Getty - © ROBERT PEARCE / Fairfax Media
Publicité
Résumé

Parce que l’archéologie est avant tout une anthropologie du passé, le magazine d’archéologie de France Culture explore, une fois encore, une des approches de la discipline et met en perspective le savoir-faire et par la même l’apprentissage des techniques.

avec :

Frédéric Joulian (enseignant, chercheur).

En savoir plus

Pour cela, il mobilise d’autres sciences comme l'éthologie des primates, l'anthropologie des chasseurs-cueilleurs, la psychologie du développement.

Le mot « savoir-faire » est un curieux mot, qui couvre la connaissance des moyens qui permettent l'accomplissement d'une tâche. Toutefois, fort est de constater, de par le monde, la pauvreté du vocabulaire pour décrire ces savoir-faire ?

Publicité

Frédéric Joulian "On a organisé une grande rencontre avec des collègues travaillant en archéologie et en ethnologie, et ça a donné lieu à un livre qui s'appelle "Dire le savoir-faire", qui était justement sur les mots du "faire" et l'absence parfois de mots du "faire", et c'était ce qui nous a mis la puce à l'oreille."

Frédéric Joulian "Une de nos collègues, spécialiste du Japon, est venue avec, dans sa petite mallette, le mot japonais Waza, qui est le mot qui décrit ces savoir-faire. On a commencé à réfléchir plus largement sur tout ce qu'il y a derrière. Effectivement, c'est un drôle de monde qui est peu étudié, et qui est le monde de la transmission des savoirs informels. Ici, en Occident, on est dans un monde où la didactique est reine, où l'enseignement formel est roi, alors que dans toute l'histoire de l'humanité ou dans bien des sociétés orales, les transmissions se font autrement."

Dépose des feuilles de papier encore humide (le washi de kurotani)
Dépose des feuilles de papier encore humide (le washi de kurotani)
- © F. Joulian, 2019

Le Wasa

Au Japon, sous le terme « Waza » on entend le savoir-faire incarné, la maîtrise d'un acte artisanal, mais aussi les procédés et formes d'astuces qui vont avec. Ce terme est chargé d'un sens profond dont l'intensité n'a d'équivalent que celle du plaisir éprouvé à réaliser ou voir réaliser une action manuelle efficace.

Frédéric Joulian "Le wasa, ça correspond aux arts de faire, à des habiletés qui sont à la fois incarnées et apprises, c'est les deux à la fois. Ça renvoie à des savoirs formels, celui du forgeron, celui du marionnettiste qui va développer un wasa très aigu, très précis. Mais ça correspond aussi à des savoirs courants."

Quelques exemples

Explorons donc le « Wasa » au sein de différentes sciences de l’Homme, à travers diverses approches. Tout d’abord, avec les chimpanzés de Tanzanie où les tous petits expérimentent l’apprentissage par le jeu et la manipulation d’outils. Généralement, l’apprentissage passe par une série d’expériences sensorielles (liée aux yeux, oreilles, ou mains). Chez les pasteurs Masaï d’Afrique orientale, cet apprentissage passe aussi par les pieds des enfants.

Bande dessinée de la boutique Kojima, Kojima Shoten, fabricant de lanternes (Kyoto).
Bande dessinée de la boutique Kojima, Kojima Shoten, fabricant de lanternes (Kyoto).
- © I. Horiguchi 2019/2020

Frédéric Joulian "Savoir-faire, ça implique, je dirais, une séparation entre l'intelligence, l'esprit et le faire qui serait inférieur. Wasa, ça intègre l'intelligence de la main et l'intelligence de la main, ce n'est pas un petit mot au Japon, c'est très important, c'est reconnu et apprécié. Il y a des savoirs artisanaux qui sont répertoriés au patrimoine de l'humanité."

Plus de 90% de la production des sciences humaines est textuelle. Comment restituer autrement le travail ethnographique, archéologique ou historique ? Par le dessin et la bande dessinée qui séquencent en phases les processus techniques et chaînes opératoires. Cette production de dessins vient d’être réalisée autour d’un papier très résistant produit au Japon : le Washi. Désormais, les chercheurs se penchent sur les savoir-faire gestuels d’un grand chef de Marseille : Alexandre Mazzia

Avec Frédéric Joulian, éthologue et anthropologue, maître de conférence à l'EHESS.

Frédéric Joulian "On ne hiérarchise pas les savoirs comme on le fait généralement dans nos sociétés. Là (au Japon), le savoir manuel, le savoir de l'artisan ou de l'artiste sont à la hauteur du savoir du penseur, du philosophe ou de l'art de haut niveau. [...] Le terme wasa devient un outil pour penser, pour rapprocher des choses qu'on ne rapproche pas d'habitude."

Le wasa (savoir-faire +++) utilisé par Luis, tourneur sur bois d'Aiguines (Var) pour peaufiner le polissage et l'ajustement du couvercle d'une minuscule boîte.
Le wasa (savoir-faire +++) utilisé par Luis, tourneur sur bois d'Aiguines (Var) pour peaufiner le polissage et l'ajustement du couvercle d'une minuscule boîte.
- © F. Joulian

Pour en savoir plus

À écouter ou à réécouter : Il y a de la cognition dans l’air