Joseph Hackin, Georges-Marie Haardt et plusieurs membres de la Croisière Jaune au pied du grand Buddha de Bamiyan (1931)
Joseph Hackin, Georges-Marie Haardt et plusieurs membres de la Croisière Jaune au pied du grand Buddha de Bamiyan (1931) - © Fonds de dotation Peugeot pour la mémoire de l’histoire industrielle
Joseph Hackin, Georges-Marie Haardt et plusieurs membres de la Croisière Jaune au pied du grand Buddha de Bamiyan (1931) - © Fonds de dotation Peugeot pour la mémoire de l’histoire industrielle
Joseph Hackin, Georges-Marie Haardt et plusieurs membres de la Croisière Jaune au pied du grand Buddha de Bamiyan (1931) - © Fonds de dotation Peugeot pour la mémoire de l’histoire industrielle
Publicité

Joseph Hackin et les archéologues de la France libre.

Avec
  • Julio Bendezu-Sarmiento Chargé de recherche au CNRS, ancien directeur de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan (DAFA).
  • Philippe Marquis Directeur de la Délégation Archéologique Française en Afghanistan (DAFA).
  • Vladimir Trouplin Conservateur au musée de l'Ordre de la Libération

Kaboul, Paris, Londres

L’archéologie n’y échappe pas, elle a eu ses salauds et ses héros ! Entre 1940 et 1945, certains archéologues se sont troqués en « collabos » au service de la milice comme de l’Allemagne nazie. Si quelques-uns passèrent par les armes, bien d’autres échappèrent à la disgrâce. 

L’archéologie française a eu aussi ses héros, du Proche-Orient au sous-continent indien, nombre d’archéologues orientalistes se sont engagés dans la France libre. Seul couple et uniques archéologues parmi les 1038 compagnons de la Libération, Joseph et Ria Hackin se lanceront dans cette aventure, avant de disparaître, en charge d’une mission diplomatique, dans le torpillage du Jonathan Holt au large des îles Féroé, le 24 février 1941, par le sous-marin U-97. 

Publicité
Joseph Hackin au cours de la Croisière Jaune en Chine en octobre 1931
Joseph Hackin au cours de la Croisière Jaune en Chine en octobre 1931
- © Fonds de dotation Peugeot pour la mémoire de l’histoire industrielle

Joseph Hackin, directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan, membre de la « Croisière jaune » entre 1931 et 1932, entreprend dès 1923 des recherches autour des fameux Bouddhas, désormais disparus de Bâmiyân. Ses fouilles de l’antique cité de Begram lui permettent surtout d’exhumer un extraordinaire trésor qui met en lumière un Afghanistan aux confins des mondes chinois, grec et indien…