mosaïque de Penthée découverte en 2006 à Nîmes
mosaïque de Penthée découverte en 2006 à Nîmes
mosaïque de Penthée découverte en 2006 à Nîmes  - © D. Gliksman / Inrap
mosaïque de Penthée découverte en 2006 à Nîmes - © D. Gliksman / Inrap
mosaïque de Penthée découverte en 2006 à Nîmes - © D. Gliksman / Inrap
Publicité
Résumé

Après la Rome des césars, celle des papes, puis la fasciste, la « romanité » semble, aujourd’hui, revenir en force, pour autant qu’elle est donc cette romanité ? Assurément bien plus que le simple caractère ou les mœurs des anciens romains.

avec :

Dominique Darde (Conservatrice en chef du patrimoine et du musée de la romanité de Nîmes), Michel Cristol (Professeur à Paris 1, historien français spécialiste de l'Antiquité romaine).

En savoir plus

Cette Romanitas est l’occasion de revenir, tout d’abord, sur la citoyenneté romaine, une citoyenneté qui fluctua au cours du temps, Rome usant de celle-ci, pour agrandir le territoire de l’empire. En Gaule, bien avant la chute d’Alésia, la romanité s’imposa dès les années 125-121 avant notre ère, avec la conquête de la Narbonnaise, début d’une période que, curieusement, les historiens dénommeront "gallo-romaine". Nous en parlons ce soir avec _Dominique Darde__,_conservatrice en chef du patrimoine et du musée de la Romanité (Nîmes) et Michel Christol, professeur à l’Université de Paris 1, historien spécialiste de l'Antiquité romaine.

Mosaïques du premier siècle av. notre ère / Uzès
Mosaïques du premier siècle av. notre ère / Uzès
- © D. Gliksman / Inrap

Aujourd’hui, l’héritage antique, voire la romanité, sont revendiqués, c’est par exemple le cas de plusieurs villes du midi comme Nîmes, Narbonne, ou Arles, Marseille vivant sa propre histoire massaliote. 

Publicité

Quoiqu’il en soit, la romanité fut un outil de propagande du fascisme italien : en 1938, Rome inaugurait notamment un musée de la romanité.

Sculpture / musée national de Lisbonne
Sculpture / musée national de Lisbonne
- © Vincent Charpentier
  • Du haut du capitole, le 24 avril 1924, de Mussolini exaltait cette Romanitas passée mais aussi à venir :

Salut déa Roma, salut à ceux qui furent, sont, et seront tes fils… prêts à souffrir et à mourir, pour ta puissance…ta gloire

>>> Musée de la Romanité à Nîmes

Références

L'équipe

Sandrine Chapron
Collaboration
Vanessa Nadjar
Réalisation