Vues de face, de dos et de profil de la Vénus de Lespugue
Vues de face, de dos et de profil de la Vénus de Lespugue - © MNHN - J.-C. DOMENECH
Vues de face, de dos et de profil de la Vénus de Lespugue - © MNHN - J.-C. DOMENECH
Vues de face, de dos et de profil de la Vénus de Lespugue - © MNHN - J.-C. DOMENECH
Publicité

L'émission "Carbone 14" ouvre cette nouvelle saison radiophonique avec un chef-d’œuvre de la Préhistoire française, et retrace l’histoire d’une grande dame, la Vénus de Lespugue, avec deux spécialistes, Patrick Paillet et Eric Robert, du Muséum National d'Histoire Naturelle.

Tout juste centenaire, née le 9 août 1922, non loin de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), dans une commune aujourd’hui peuplée de 83 habitants, Lespugue, la "dame de Lespugue" est un summum de l’art préhistorique - Pablo Picasso y verra d’ailleurs « la quintessence des formes féminines, l’origine de tout » - conservée aujourd'hui au musée de l’Homme.

Patrick Paillet "La Vénus de Lespugue tient sa puissance, très vraisemblablement de sa matière première, l'ivoire de mammouth, car ce n'est pas une matière première ordinaire, et je crois que cet ivoire a joué aussi beaucoup dans le choc qu'a éprouvé la communauté scientifique à l'époque, et au-delà de la communauté scientifique, la communauté artistique également."

Publicité

Cette sculpture en ronde-bosse d’environ 15 centimètres de hauteur est taillée dans l’ivoire d’une défense de mammouth. Son découvreur, René de Saint-Périer, évoque « le dessin général est symétrique : il s'inscrit dans un losange presque équilatéral » qui, aujourd’hui, en fait une œuvre presque cubiste !

Vues de face et de dos de la Vénus de Lespugue
Vues de face et de dos de la Vénus de Lespugue
- © MNHN - J.-C. DOMENECH

Patrick Paillet "L'ivoire naturel n'est pas noir comme ceci, il est plutôt clair, plutôt blanc, jaunâtre. Là, elle tient cette patine du temps et du temps passé, notamment, dans les sédiments de la grotte d'où elle a été extraite."

Depuis un siècle, la Vénus n’a laissé indifférents ni ses visiteurs, ni les archéologues. Ainsi, André Leroi-Gourhan disait d’elle que « les reins, les fesses et les cuisses sont figurés, avec un mépris flagrant de la réalité », sorte « d’hérésie anatomique ». Yves Coppens, dans les pas de Georges-Henri Luquet, propose, quant à lui, que la Vénus, composée de losanges soit double, et que retournée les pieds figurent une nouvelle tête.

Eric Robert "C'est une Vénus que l'on rattache à la culture qu'on appelle Gravettienne. Elle aurait environ 28 000 ans, à peu près avant notre ère, une période où l'on connaît beaucoup d'autres représentations féminine à la fois, un peu comme celle-ci et en même temps, chacune ayant sa particularité. […] On part de Lespugue et on va traverser comme ça toute l'Europe, jusque dans les plaines de l'Oural, en retrouvant régulièrement et jusqu'à encore il y a quelques années, d'autres témoignages, d'autres sœurs ou cousines de la Vénus de Lespugue."

Un dernier coup de pioche pour une dérisoire et sublime entrée en scène

Le 9 août 1922, un dernier coup de pioche dans la grotte et c’est la catastrophe, « dérisoire et sublime entrée en scène d’une déesse, à l’aube des arts ». La Vénus fut bien entendu immédiatement restaurée et cela même si quelques fragments ont été perdus à tout jamais. Pour mieux comprendre ce chef-d’œuvre de 23 000 ans, une nouvelle restauration vient d’être entreprise et a permis de découvrir qu’elle fut recollée sur une tige de fer !

À écouter ou à réécouter : La Vénus de Lespugue, cubiste avant l'heure
7 min

Patrick Paillet "René de Saint-Périer décide de demander à ses ouvriers, et peut-être même à Suzanne, son épouse, d'aller fouiller au-delà d'un bloc qui encombre un peu le centre de la cavité et donc tombe, là, vraisemblablement dans des niveaux qui étaient encore relativement protégés. Le coup de pioche a-t-il été donné par un ouvrier ou par Suzanne de Saint-Périer, un petit mystère pèse sur l'auteur de ce coup de pioche. Toujours est-il qu'il est malheureux, mais qu'il est à la fois heureux puisqu'il a permis de mettre au jour cette sculpture, cette ronde-bosse en plusieurs morceaux, ma foi, mais des morceaux qui ont été habilement reconstitués."

>>> Ne manquez pas l'exposition Arts et Préhistoire, qui se tiendra du 16 novembre 2022 jusqu'au 22 mai 2023 au Musée de l'Homme, et présentera des chefs-d'oeuvre de l'art préhistorique venus du monde entier, dont la Vénus de Lespugue.

À écouter ou à réécouter : La mystérieuse Dame de Berlin
29 min
La Vénus en cours de restauration
La Vénus en cours de restauration
- © MNHN - J.-C. DOMENECH

Pour aller plus loin

La Vénus dans son coffret
La Vénus dans son coffret
- © MNHN - E. Blanc
À écouter ou à réécouter : Vénus sortie des fouilles
28 min

Références citées

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

À écouter ou à réécouter : La grotte de Cussac… 30 000 ans d’Histoire
27 min
À écouter ou à réécouter : Yves Coppens : mémoires d’éléphant
31 min

L'équipe

Vincent Charpentier
Vincent Charpentier
Vanessa Nadjar
Réalisation
Sandrine Chapron
Collaboration