Temple de Quetzalcoatl, Teotihuacan.
Temple de Quetzalcoatl, Teotihuacan.
Temple de Quetzalcoatl, Teotihuacan. ©Getty
Temple de Quetzalcoatl, Teotihuacan. ©Getty
Temple de Quetzalcoatl, Teotihuacan. ©Getty
Publicité
Résumé

Une exploration archéologique de l'Amérique précolombienne à travers ses cartes, grâce à un atlas paru début 2022 aux éditions Autrement. Le magazine de l’archéologie reçoit, pour l’occasion, une de ses autrices, l’archéologue Brigitte Faugère.

avec :

Brigitte Faugère (Archéologue, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En savoir plus

Evoquer le passé -et l’archéologie- de l’Amérique, c’est penser à un monde construit de façon autonome, sans influence, une histoire originale et parallèle en quelque sorte, une « autre histoire » qui nous en apprend aussi sur l’émergence et l’évolution des sociétés, leurs structures politiques, économiques et sociales, la diversité des cultures et des civilisations, dont certaines deviendront des empires, des Etats.

Brigitte Faugère "Les Etats-Unis sont aussi très étudiés, bien évidemment, puisque dans toutes les universités américaines, pratiquement, il y a des départements d'anthropologie, mais les régions où effectivement les grandes entités politiques se sont développées, où donc il y a eu une sorte de focalisation des travaux archéologiques, sont la Mésoamérique, avec le Mexique au centre, et le Pérou avec notamment l'empire inca."

Publicité
Temple à Teotihuacan.
Temple à Teotihuacan.
© Getty - Piero Damiani

Brigitte Faugère "Il faut raisonner sur le temps long avec cette idée qu'il y a eu des variations dans la répartition des populations sur les trois derniers millénaires."

Bien après la conquête, les populations amérindiennes puisent encore dans des traditions issues de leurs passés lointains. A l’heure où les archéologues travaillent sur la résilience, le fameux « collapse maya », résultant tout à la fois d’une crise climatique, politique, économique, sociale et religieuse, cet effondrement n’a, de fait, pas entraîné la disparition des mayas, ceux-ci sont, aujourd’hui, toujours bien présents.

Brigitte Faugère "Il y a encore, notamment dans les hautes terres mayas ou au Pérou, un certain nombre de traditions, de rituels qui sont encore pratiqués dans les communautés, notamment des rituels de rogation de pluie. On est dans des climats tropicaux où les pluies sont aléatoires. Ce sont des régions qui souffrent, soit du manque, soit de l'excès d'eau. Il y a donc des rites concernant ces cycles liés à l'agriculture ainsi que des rites de protection des communautés qui sont encore très très vivants."

Un jade maya. Collection British Museum.
Un jade maya. Collection British Museum.
© Getty - CM Dixon/Print Collector

Il y a environ 10 000 ans, les premières domestications des plantes s’effectuent, avec l’apparition de la courge, puis le maïs, mais aussi du piment et du tabac, enfin bien plus au sud de la cacahuète et du manioc.

Les Olmèques sont la première grande civilisation de la Mésoamérique et cela dès 1500 av. notre ère, un siècle plus tard (vers 1400 avant notre ère) la Mésoamérique partage des idéologies communes, pour partie basée sur la dynamique créée par l’opposition et la complémentarité de principes (jour/nuit ; saison sèche/pluies ; vie/mort ; féminin/masculin ; lumière, sècheresse, soleil, guerre/obscurité, humidité, terre, agriculture). L’écriture aurait pu naître autour de 1000 av. notre ère, elle est bien présente, en tout cas, durant la période Préclassique en Oaxaca.

Crâne appartenant à la culture aztèque (14ème/16ème siècle), au Musée du Templo Mayor.
Crâne appartenant à la culture aztèque (14ème/16ème siècle), au Musée du Templo Mayor.
© Getty - DEA / G. DAGLI ORTI

Là où naissent les dieux

L’urbanisation est ancienne en Mésoamérique, avec pour exemple la cité de Monte Alban 1000 avant à 200 ans de notre ère. Au nord-ouest du Bassin de Mexico, se développe Teotihuacan « la cité où naissent les dieux » est un véritable projet urbanistique programmé, et cela dès le début de notre ère. Immense centre cérémoniel, il faut alors évoquer ses pyramides, celle du Soleil, de la Lune et du Serpent à plumes, qui attirent fidèles et dirigeants en quête de légitimité. Alors que la ville règne sur la vie économique de l’aire mésoaméricaine, son déclin s’opère dans les années 550 de notre ère, alors qu’au cours du IIIe siècle, la population est estimée entre 100 et 150 000 habitants.

Brigitte Faugère "Il y a des églises dans tous les villages qui sont souvent construites par-dessus les temples préhispaniques. Ça a été une volonté, au moment de la colonisation, de superposer les édifices religieux sur les anciens temples pour que les populations adoptent la religion plus facilement."

Les influences de Teotihuacan en Mésoamérique.
Les influences de Teotihuacan en Mésoamérique.
- Atlas de l'Amérique précolombienne - éditions Autrement (2022)

Les Amériques possèdent une histoire multimillénaire aussi variée que complexe. Le magazine de France Culture évoque l’Atlas de l’Amérique précolombienne, notamment les cultures américaines qui se sont développées en Mésoamérique : Aztèques, Olmèques, Toltèques ou Mayas… avec Brigitte Faugère, archéologue, professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Pour mieux découvrir ces cultures, des cartes permettent de comprendre quelles furent les entités culturelles,  leurs échanges, les vagues de peuplement. À l’arrivée de Cortès, la Mésoamérique se compose d’une mosaïque de petits États autonomes. Deux puissances semblent toutefois hors-norme : l’empire aztèque face à celui des Tarasques.

Brigitte Faugère "En matière d'écriture, nos connaissances progressent toujours, mais c'est l'écriture liée à la civilisation zapotèque qui serait la première. Elle n'est pas encore aujourd'hui très bien déchiffrée, et les apports de cette écriture sont encore assez limités sur les contenus des textes. En revanche, on connaît aujourd'hui très très bien l'écriture maya qui, elle aussi, commencerait aux alentours de 500 avant Jésus-Christ."

Pour en savoir plus

À écouter ou à réécouter : Archéologie du pouvoir Maya
30 min
59 min
Références

L'équipe

Sandrine Chapron
Collaboration
Louise André
Réalisation
Anna Pheulpin
Collaboration