La cité antique de Palmyre, en Syrie
La cité antique de Palmyre, en Syrie
La cité antique de Palmyre, en Syrie - Crédit James Gordon, Wikipédia Creative Commons
La cité antique de Palmyre, en Syrie - Crédit James Gordon, Wikipédia Creative Commons
La cité antique de Palmyre, en Syrie - Crédit James Gordon, Wikipédia Creative Commons
Publicité
Résumé

Au moment où le régime syrien écrasait Alep, celui-ci organisait un colloque sur la sauvegarde du patrimoine, à Damas, où se sont rendus des archéologues européens. Au nom du patrimoine, cette visite de Damas cautionne-t-elle le pouvoir syrien, ses atrocités ?

avec :

Maurice Sartre (Professeur émérite d’Histoire ancienne à l'Université de Tours, rédacteur en chef de la revue internationale Syria.), Marc Lebeau (archéologue orientaliste, président du Centre européen de recherches sur la Haute Mésopotamie. Directeur de la Mission syro-européenne à Tell Beidar).

En savoir plus

Depuis les années 1970, les archéologues occidentaux sont habitués à œuvrer dans l’Irak de Sadam Hussein, le Pakistan du général Zia, ou la Syrie du parti Baas, celle d’Hafez el-Hassad, puis de Bachar, son fils. L’affaire a fait beaucoup de bruit en Italie, bien moins aux Etats-Unis, seul Libération et l’Histoire l’on évoqué en France… Depuis plus de trois mois elle agite pourtant le microcosme de l’archéologie orientale… A la croisée de la science, de l’éthique et de la géopolitique internationale, pourquoi des archéologues, notamment français, ont-ils pris « le chemin de Damas » ?

Au moment où le régime syrien écrasait Alep, celui-ci organisait un colloque sur la sauvegarde du patrimoine, à Damas, sous l’égide des ministères de la Culture et du Tourisme syrien. A l’image de Saint-Luc ou des Corinthiens, faut-il commenter les moteurs de l’éventuelle conversion de certains archéologues européens ? Au nom du patrimoine, cette visite de Damas cautionne-t-elle le pouvoir syrien, ses atrocités ?

Publicité
Références

L'équipe

Vanessa Nadjar
Réalisation