Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, de Lionel Royer, 1899,
Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, de Lionel Royer, 1899,  - musée Crozatier du Puy-en-Velay
Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, de Lionel Royer, 1899, - musée Crozatier du Puy-en-Velay
Vercingétorix jette ses armes aux pieds de César, de Lionel Royer, 1899, - musée Crozatier du Puy-en-Velay
Publicité

« Il lui fut livré », La fin d’un monde ! La fin d’un cycle druidique ?

Avec

« Il lui fut livré »… ainsi s’achève, probablement le 27 ou 28 septembre de l’an 52 avant notre ère,  l’épopée de Vercingétorix dans sa lutte contre l’impérialisme romain, entraînant, la fin de la Gaule indépendante. Cette phrase de César s’avère bien sibylline, peintres et historiens ont donc tenté de l’imaginer… Toutefois, c’est, très probablement, enchaîné que le gaulois fut livré au vainqueur.

Que nous révèlent l’archéologie et les dires de César ou de Dion Cassius sur l’arverne ?  Bien avant de devenir un grand leader politique, un redoutable chef militaire « Vercingétorix », « le roi suprême des guerriers », a sans aucun doute reçu l’éducation des druides, ceux mêmes qui détenaient la mémoire. Fils de Celtill (Celtillos) assassiné par ces frères arvernes il est issu d’une grande lignée aristocratique.

Publicité

Vercingétorix fut surtout un jeune prince otage de Rome, comme son ancêtre en 121 avant notre ère,  le roi Bituit, fils du légendaire Luern, Bien avant Avaricum, Gergovie, Bibracte ou Alésia, d’obtenir le commandement suprême de la résistance gauloise, Vercingétorix a été initié, auprès de César, à l’art de la guerre, la poliorcétique romaine. Rivalité entre les cités progressistes ou traditionnelles,  

Mais pour réussir, Vercingétorix ne serait-il arrivé trop tard dans l’histoire des Gaules ?

L'équipe

Vincent Charpentier
Vincent Charpentier
Vanessa Nadjar
Réalisation
Anne-Catherine Lochard
Collaboration