France Culture
France Culture
Publicité
Frédéric Rognon
Frédéric Rognon

Frédéric Rognon ©service radio FPF

3ème dimanche

Publicité

Le prix de la réconciliation : le combat intérieur Avant de se réconcilier avec son frère Esaü, Jacob doit lutter toute une nuit avec quelqu’un : s’agit-il de Dieu, d’un ange, d’un homme, de lui-même… ? La réconciliation semble coûter cher à celui qui s’y engage : un rude combat intérieur, qui conduit à recevoir une nouvelle identité. Jacob s’appellera désormais Israël, ce qui signifie « Dieu a vaincu ». Est-ce donc Jacob qui l’a emporté, comme le dit le texte, ou bien le Seigneur, comme l’indique le nouveau nom de Jacob ? La réconciliation repose sur une victoire de soi-même sur soi-même avec l’aide de Dieu. La non-violence n’est pas l’absence ou le refoulement de la violence, mais elle est sa reconnaissance et sa domestication au terme d’un combat. Elle est la violence intérieure qui a enfin trouvé son maître. La réconciliation avec son frère est d’abord réconciliation avec soi-même.Gn 32.