C'était sûr qu'ils allaient se séparer  ©Getty -  Tim Mosenfelder / Contributeur
C'était sûr qu'ils allaient se séparer ©Getty - Tim Mosenfelder / Contributeur
C'était sûr qu'ils allaient se séparer ©Getty - Tim Mosenfelder / Contributeur
Publicité
Résumé

Il y a ceux qui découvrent une nouvelle en même temps que le monde entier, et ceux qui le savaient avant.

En savoir plus

Lundi, on a appris la nouvelle : les Daft Punk se séparaient. Coup de bambou dans le monde de la musique, et dans le monde tout court, ou presque. On a écrit des textos à nos amis, on a partagé l’information, on a regardé leur vidéo Epilogue.
Certains ont été émus, d’autres très surpris, et évidemment... il y avait ceux qui s’en doutaient ! Vous les voyez, ceux-là, ceux qui ne sont pas surpris par ce qui surprend tout le monde, ceux qui ne sont émus par rien, sinon par ce qui n’émeut personne. Ceux qui vous disent “ah je le savais”. 

Au fond, ce sont ceux qui pensent toujours avoir un coup d’avance, plus de lucidité, plus de détachement, plus de tout. Ils sont agaçants, pourtant, ce ne sont pas toujours les mêmes. On a tous nos périodes, même en ce qui concerne les “je le savais”, les “je m’en doutais”, ou les “j’en étais sûr”.
Certains, c’est évident, le font tout le temps. Ils savent tout, toujours, et quand ils s’en doutent, c’est déjà qu’ils sont dans le vrai, quand nous, bêtement, nous ne faisons que croire.  

Publicité

On pourrait les détester, il y a de quoi puisqu’ils nous renvoient toujours à une position d’infériorité. Mais si ça n’était qu’une question de domination, ce serait presque trop simple. Alors, je me suis demandée pourquoi tous ces “ah-je-le-savais” ? 

Avant, c'est trop tôt, après, c'est trop tard 

Déjà, comme je le disais, on est tous susceptibles d’en être un jour l’auteur. Certes, c’est une question de caractère, mais c’est aussi une question de situation.
N’oublions pas que le rapport à l’autre est en grande partie fondé sur de la rivalité, ou du moins, sur cette idée de comparaison.
Le “ah-je-le-savais”, c’est donc la formule gagnante pour qui veut se démarquer, briller et écraser les autres avec sa science. 

Mais faut-il s’en tenir à ça ? Cette formule est-elle forcément le signe de cette simple concurrence ? Car autant le dire, quiconque a pu la prononcer ou l’entendre a été d’emblée frappé par sa prétention.
Personne ne supporte ce genre de sortie et celui qui l’emploie prend toujours le risque de se distinguer, en mal. Mais surtout, et c’est un comble, à propos d’informations désormais sues et connues de tous. 

Parce que c’est là le vrai paradoxe : non seulement celui qui savait ne l’a pourtant pas dit avant, il en était sûr mais il n’a jamais rien dit, mais en plus il pense se distinguer après coup, alors même que c’est trop tard...

Problème de timing

Je ne suis pas sûre, car quel est l’intérêt de briller à propos d’une information dont tout le monde se fiche de savoir qu’elle avait été pressentie par tel ou tel ? 

Il y a quelque chose de fascinant à vouloir prouver qu’on savait, qu’on avait donc un train d’avance sur le reste du monde, mais à révéler, par là-même, qu’on est en retard : on n’a pas su délivrer son intuition, son pressentiment, au bon moment, avant que le monde entier ne le sache. 

Il y a quelque chose de fascinant, et même de pathétique… car ce qui passe, à raison, pour une velléité de dominer l’autre, de briller face aux autres, est surtout l’aveu d’un gros problème de timing.
Ou pour le dire en termes philosophiques, d’un gros problème de temporalité qui ne concerne que celui qui ose prononcer son “ah je le savais” : 

“La temporalité n’est pas un temps universel. Elle n’est pas non plus une loi de développement qui s’imposerait du dehors. Elle est l’intra-structure du l’être”. 

Voilà, Jean-Paul Sartre le dit bien mieux que moi : au fond, celui qui savait mais ne l’a pas dit mais le dit quand même, mais trop tard, n’a fait que suivre le petit cours temporel de son être. Il a raté le train du temps universel, alors pourquoi tenter de s’y raccrocher et de s’y faire une place au soleil… mais après coup ?

Références

L'équipe

Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye