Un kit de ménage
Un kit de ménage ©Getty -  Peter Dazeley
Un kit de ménage ©Getty - Peter Dazeley
Un kit de ménage ©Getty - Peter Dazeley
Publicité

Pourquoi ces représentations masculines qui font d'un coup d'éponge une expérience métaphysique et politique ?

C’était ce week-end, dans Le Monde, un article paru vendredi et intitulé : “Ils nettoient, repassent, étendent le linge : de plus en plus d’hommes donnent un coup de balai aux stéréotypes”.
Le titre est assez évocateur : il se penche sur tous ces hommes (27% selon une étude en 2015) qui, bravant tous les clichés, contre vents et marées, contre leur flemme aussi j’imagine, osent se saisir d’une éponge et d’un balai-brosse.

En lisant cet article qui met en avant des hommes passionnés (partageant ainsi des tutos autour du Paic Citron), j’ai repensé à ceux avec qui j’avais partagé ma vie. Il n’y en a pas 3000, mais comme j’ai vécu en colocation, cela élève le nombre d’hommes que j’ai vus faire le ménage à un peu plus d’une dizaine, soit un peu plus aussi que le nombre d’hommes nommément cités dans ces lignes.
Ce qui, nous pouvons tous en convenir, dans ma vie comme sur ce papier, ne permet pas vraiment de tirer de grandes leçons sociologico-féministes. 

Publicité

Pourtant, un trait réunit tous ces individus de sexe masculin, le fait qu’avec eux, le ménage ne soit pas seulement fait mais carrément transcendé. 

Travail invisible

Le problème, ce ne sont pas les hommes, ce sont ces représentations masculines qui font d’un coup de fer à repasser une révélation, d’une lessive une performance métaphysique, et même, une lutte contre le patriarcat.
Et vas-y, en plus, que je te donne des conseils pour bien frotter les vitres et que je partage les tuyaux de ma mamie sur le vinaigre blanc. 

D’une certaine manière, j’y retrouve cette tendance à faire des théories pour tout et n’importe quoi, comme si, pour certains privilégiés, sous leurs doigts et grâce à leur esprit ultra aiguisé, tout devenait intéressant, qu’il s’agisse de récurer des WC ou de choisir leur opérateur internet. 

Mais pour le ménage, c’est d’autant plus frappant que c’est, de fait, un travail d’invisibilité.
Car il s’agit d’effacer, de nettoyer, d’éradiquer, les traces et les tâches, de faire comme si rien n’avait eu lieu et que tout pouvait recommencer. Simone de Beauvoir le décrit très bien dans Le 2ème sexe

“Il y a peu de tâches qui s’apparentent plus que celles de la ménagère au supplice de Sisyphe ; jour après jour, il faut laver les plats, épousseter les meubles, repriser le linge qui seront à nouveau demain salis, poussiéreux, déchirés. La ménagère s’use à piétiner sur place ; elle ne fait rien : elle perpétue seulement le présent”. 

Paternalisme et patriarcat

D'où ce paradoxe du travail ménager qui se maintient grâce à sa propre destruction.
D’où ce paradoxe, aussi, qui consiste à rendre visible seulement grâce à quelques hommes ce travail habituellement invisible habituellement accompli par toutes les femmes.
Et d'où ce paradoxe, encore, qui consiste à rendre exceptionnel ce travail si routinier et quotidien. 

Que les tâches ménagères deviennent un sujet, d’accord, que la question de leur répartition soit un enjeu, bien sûr, mais pourquoi grâce à ceux qui y auraient vu plus que le commun des mortelles n’y a vu, à savoir une chose qu’elles ne voient pas mais ont à faire ? 

Le problème est là : dans le fait non pas d'interroger le ménage mais de le transcender en expérience individualiste au nom de l'égalité, et comble : en expérience paternaliste au nom d'un bouleversement du patriarcat. 

Qu’on trouve du plaisir à frotter, que ça nous procure le sentiment d’être un "mec bien", qu’on y règle son complexe d’Œdipe, peu importe, car de toute façon : on doit ranger, on doit nettoyer, on doit laver (repasser n’est pas obligatoire en revanche). 

Toute la question reste encore dans ce “on” : qui est-il ce “on” au quotidien, qui le fait sans se poser de questions, sans rien en tirer, et qui voit tous les jours toute cette vaisselle à nettoyer. 

L'équipe

Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye
Géraldine Mosna-Savoye