France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

A quelques centaines de kilomètres de Rome et de la villa Médicis : les Campi Flegrei, les Champs Phlégréens, un supervolcan dont l'éruption menace tout l'hémisphère nord. Des scientifiques ont mis au point une nouvelle méthode d'écoute de ce volcan pour mieux en comprendre la structure, et anticiper son activité.
Profitez bien de votre séjour romain, parce que figurez-vous qu'à quelques centaines de kilomètres de vous, dans la région de Naples, est enfouie une gigantesque bombe à retardement... pas seulement pour l'Italie, mais pour toute l'Europe voire pour une grande partie de l'hémisphère nord.

Fumerolles des champs phlégréens
Fumerolles des champs phlégréens
- Donar Reiskoffer

Je suis sûr que Francesca FOSSATI sait de quoi je parle : à quelques kilomètres à peine du célèbre Vésuve qui a détruit Pompéi, il s'agit des Campi Flegrei, les champs Phlégréens, ou Champs Brûlants en français...

Publicité

Les Campi Flegrei seraient, selon toute vraisemblance, un supervolcan... Vous avez peut-être entendu parler du supervolcan de Yellowstone aux États-Unis, c'est celui qui explose lourdement dans le film tout aussi lourd de Roland EMMERICH, 2012... eh bien les Champs Phlégréens seraient à peu de choses près de la même dangerosité.

C'est-à-dire que si éruption il y a, outre les dégâts au sol sur plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés - il y a plus d'un million et demi de personnes qui vivent à proximité direct du volcan - d'immenses quantités de fumée seraient relâchées dans l'atmosphère, ce qui conduirait à un hiver volcanique dans l'hémisphère nord, c'est-à-dire un voile de cendre qui diminuerait le rayonnement solaire et conduirait à l'extinction de très nombreuses espèces et à un chaos total, comme cela s'est produit pour la dernière fois sur notre planète il y a 75 000 ans suite à l'éruption du supervolcan Toba, à Sumatra.

Vous imaginez bien que dans ces circonstances, l'activité de la caldeira des Champs Phlégréens – la caldeira c'est cette zone circulaire légèrement relevée créée par les dernières éruptions mineures - son activité, donc, est surveillée de très près. Et qui plus est par le plus ancien observatoire géologique du monde, l'Osservatorio Vesuviano, l'Observatoire du Vésuve où travaillent conjointement géologues, physiciens et géophysiciens.

Le problème avec les volcans, surtout avec les vieux volcans, c'est que pour pouvoir les étudier, il faut aller voir ce qui se passe à l'intérieur. C'était l'objectif d'un projet européen de forage profond, soutenu par l'Observatoire du Vésuve.

Mais autre problème : faire un trou d'une profondeur de plusieurs kilomètres dans un supervolcan, c'est jouer, très concrètement, avec le feu. Sans connaître les équilibres de pression dans une zone d'activité sismique, une simple modification dans la structure de la croûte terrestre pourrait potentiellement avoir des effets catastrophiques en déclenchant une réaction en chaîne.

C'est pourquoi le projet a été interrompu après un premier forage, par principe de précaution.

Comment faire, alors, pour aller voir ce qui se passe en dessous sans risquer de relâcher l'enfer sur terre ? Eh bien les chercheurs ont utilisé, pour la première fois en Europe, un procédé développé par des sismologues japonais, pour en quelques sortes « scanner » la croûte terrestre. Il s'agit d'un système de tomographie sismique, qui consiste à écouter le parcours d'ondes sonores dans le sol, pour déterminer comment elles se propagent et en conclure la structure du sol que l'on étudie.

Selon cette méthode, il n'y aurait pour le moment pas de grande chambre magmatique directement sous les Champs Phlégréens, entre 0 et 4 kilomètres de profondeur, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Néanmoins, le bradyséisme de la région - le bradyséisme, c’est le fait que le sol s'est soulevé de 2 mètres depuis les années 70 - ce bradyséisme donc laisse penser qu'il y aurait une vaste chambre magmatique enfouie plus profondément, aux alentours de 8 kilomètres, chambre certainement commune avec le Vésuve.

Nous sommes donc capables, maintenant d'entendre et d’écouter la voix de ces Champs Phlégréens. Et si jamais cette voix se met à gronder, nous l'entendrons plusieurs jours ou plusieurs semaines avant qu'elle ne remonte à la surface. Jusque là, tout va bien donc. Mais bon, dépêchez-vous de rentrer Marc hein, on sait jamais.

Références

L'équipe

Nicolas Martin
Nicolas Martin
Nicolas Martin
Production