France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
couv
couv

Soixante-neuf bpm, ce n’est pas tout à fait le tempo ici, ni un prétexte à parler de sexe mais l’electro-cardiogramme de Claire Diterzi, preuve à l’appui dans le livret qui accompagne la musique.

Claire Diterzi est auteur compositeur de chanson contemporaine (comme on dit de théâtre ou d’art contemporain) elle a travaillé avec le chorégraphe Philippe Découflé, fait des lectures musicales (avec Arnaud Cathrine) chacun de ses projets suit le fil d’un thème (ou d’un sujet, comme en peinture), elle joue aussi bien des codes de l’opérette que du R’nB, mélange guitare rock, chant bulgares et piano à pouces africain... et en plus elle est rousse.

Publicité

Elle ne sort pas des disques à la suite des autres mais signe de nouveaux spectacles : après avoir été Rosa Luxembourg, et composé des Tableaux de chasse, Diterzi signe 69 battements par secondes, journal de bord d’une rupture, d’une trahison transformée en création et nourrie du théâtre de Rodrigo Garcia.

« Interdit de jeter son chewing-gum » titre co-signé de l’écrivain de plateau Rodrigo Garcia, l’auteur de Golgotha Picnic, Et balancez mes cendres sur Mickey ou encore L’avantage avec les animaux c’est qu’il t’aiment sans poser de questions (titre lui aussi mis en musique ici, avec cor de chasse) source d’inspiration capitale pour Claire Diterzi en sortie de sa résidence à la Villa Médicis.

Il faut aller entendre Claire Diterzi sur scène ou à défaut lire ce journal 69 battements par minutes (qu’elle édite aux éditions Je garde le chie) aussi décapant que tonique : Diterzi parle de son enfance, de ses bilans de santé (cul de sacs pleuraux libres), de ses amis, elle cite Blaise Pascal, reviens dessus, évoque son père, sa sœur rivale, la Touraine, AC/DC, détourne un certain Barouche Spinoza « c’est un défaut commun aux femmes que de confier aux autres leurs desseins » . Ce qui ne l’empêche pas d’écrire elle aussi des phrases telles que « j’ai perdu les eaux et le forêts à cause vous ».

On se quitte avec un petit blind-test, ce climat baroque rejoué à l’ukulele, vous avez cinq secondes.

(mc)

Extraits diffusés :

69 battements par minute

Interdit de jeter son chewing-gum

Envoie le steak

Vivaldi et le ukulele

69 battements par minute (label Alice Caron – livret aux éditions Je garde le chien)