Publicité
En savoir plus
couv
couv

« La flûte un instrument que je ne puis souffrir » aurait écrit Mozart dans une lettre à son père. Alors dit-on vraiment toujours ce que l’on pense dans ce que l’on écrit (et inversement) ?

Pour la flûte et Mozart il est permis d’en douter, au vu des très belles pages que Wolfgang Amadeus composera pour cet instrument, sans compter un opéra qui porte carrément son nom enchanté. C’est ici Juliette Hurel qui tient la zauberflöte avec à ses côtés le quatuor Voce pour un programme de quatuor pour flute et cordes animé de l’esprit de finesse.

Publicité

De qui parle-t-on ici ? D’un côté, le quatuor Voce qui aime varier les répertoires : Schubert, Beethoven mais aussi -M- et les chansons de trobairitz de Kyrie Kristmanson.

Juliette Hurel pour sa part tient la flûte solo de l’Orchestre Philharmonique de Rotterdam, où elle enseigne, si elle a beaucoup joué le répertoire français, ou l'aube du romantisme (tiens Schubert et Beethoven encore), elle tient beaucoup à jouer des compositeurs contemporains, vivants. Petit retour au classique ici donc (et lequel) avec Mozart. Ecoutez l’Adagio qui précède.

Pour ceux qui s'interrogeaient sur le choix d'instrument (flute moderne ou baroque) Juliette Hurel choisit ici peu les deux à la fois : flute en bois et système moderne.

Comme le temps nous manque un peu, on passe du premier au quatrième quatuor, (en la majeur) visiblement écrit par Mozart dans un esprit de gaité et d’humour, probablement pour ses amis, et sans doute hors contexte puisqu’en quelques mois de la même année 1778 Voltaire et Rousseau vont mourir, la Prusse déclare la guerre à l’Autriche, et la censure se réorganise au Portugal avec l’accord du Vatican, où l’on poursuit les livres et les auteurs qui je cite « tournent en ridicule et parlent avec mépris de notre sainte religion et du pouvoir suprême auquel nous avons le bonheur d’être subordonnés ».

Esprit de légèreté – qui ne veut pas dire ignorance – dans ce dernier quatuor pour flute et cordes de Mozart dont le dernier mouvement porte l’indication suivante : « Rondieaoux allegretto grazioso, ma non troppo presto, pero non troppo adagio. Cosi – cosi – con molto garbo ed espressione » (entendez : gracieux, mais pas trop vite, pas trop lent non plus. Comme ci, comme ca, avec beaucoup d’élégance et d’expression, dont acte.

extraits diffusés :

Quatuor n°1 pour flute et cordes en ré majeur K285 – Rondeau, allegretto

Quatuor n°1 pour flute et cordes en ré majeur K285 – Adagio

Quatuor n°4 pour flute et cordes en la majeur K298 – Rondieaoux : allegretto grazioso…

Mozart complete flute quartets Juliette Hurel- Quatuor Voce (Alpha)