Publicité
En savoir plus
couv
couv

« La vue ne se connaît pas elle-même avant d'avoir voyagé et rencontré un miroir où elle peut se reconnaître. » ces mots du Jules César de Shakespeare voulus par Ravel pour illustrer une œuvre de jeunesse résonnent encore aujourd'hui à l'écoute de ses interprètes contemporains. Sans les comparer, ce sont deux pianistes travaillés par Ravel que l’on écoute ce matin. Jean-Frédéric Neuburger d’abord, interprète de premier plan, professeur au Conservatoire à 26 ans, compositeur, et qui s'impose déjà comme un musicien phare du paysage sonore français, à l'image la très belle carte blanche qu'il présente à l’auditorium du Louvre à partir de demain jusqu’au 22 janvier à Paris. L'occasion de l’écouter seul chez Ravel comme pour son dernier disque (label Mirare) mais aussi chez Stravinsky, Mozart, avec des invités tels que Bertrand Chamayou ou le quatuor Modigliani... Parmi les enregistrement de Ravel paru récemment c’est celui Momo Kodama qui retient l’attention, une Vallée des cloches comme en bleu profond, à l’image de sa couverture (après tout JF Neuburger ne se destinait-il pas aussi à l'étude des fonds sous marins ?). Un programme d’excellence et d’exigence qui entre Les miroirs de Ravel (1906) et La Fauvette des jardins d'Olivier Messiaen (1970) place judicieusement une pièce très française de Toru Takemistu. Le tout dans une prise de son magnifique.

extraits diffusés :

Publicité

Le Tombeau de Couperin – Toccata – Maurice Ravel

par Jean Frédéric Neuburger. Disque : Maurice Ravel (label Mirare)

Miroirs – Noctuelles - Maurice Ravel

La Fauvette des jardins – Olivier Messiaen

par Momo Kodama. Disque La Vallée des Cloches (label ECM New Series)

Carte blanche au Louvre de Jean-Frédéric Neuburger :

http://www.louvre.fr/musiques