France Culture
France Culture
Publicité
Lomax
Lomax
© Radio France

**** Une danse de la pluie interprétée par trois iroquois (cayuga, seneca et mohawk), vous êtes dans la réserve de Grand River, Ontario. Court extrait du disque Folk and Primitive Music publié en 1954 chez Columbia, musique collectée et éditée par Alan Lomax.

Et oui, cette année marque le centenaire de la naissance d'Alan Lomax, un homme à la vie passionnée et bien remplie (né en 1915, mort en 2002).

Publicité

Alan Lomax figure fondatrice du field recording, du collectage : il est allé (avec beaucoup d’autres) enregistrer les paroles, les chants traditionnels d’Amérique et d’ailleurs, constituant, à partir du travail de son père John Lomax (ethnomusicologue qui avait commencé à collecter pour la bibliothèque du Congrès), un patrimoine sonore, culturel, jugé aujourd’hui inestimable.

Depuis ce matin se tient un événement Alan Lomax à Rouen. Le titre : RUSH concerts, conférences, ateliers, et une exposition de vinyles (pantagruélique ai-je pu lire) proposée par la discothèque de Radio France, (autour de 150 albums de field-recordings).

Le 33 tours que vous entendez vient de la collection "World Library" (Columbia) collection graphiquement parfaite (ce numéro VIII sur le Canada est bleu canard (une couleur pour chaque pays) avec de notes précises sur cette entreprise de collecte : musiques et chansons qui font le lien entre la vieille Europe, l'Amérique et l’Afrique.

Parmi les hauts fait de Lomax père et fils : l’enregistrement de ce qui s’impose comme une bible musicale : Le Blues Song Book. On écoute ici Nehemiah "Skip" James, à la guitare et au chant (on ignore en revanche qui lui répond, ici à ses côtés, dans cette version de « Cherry ball Blues ») Skip James bluesman enregistré à Drafton dans le Wisconsin en 1931, et qui sera redécouvert au début des années 60, aura une seconde carrière, (grâce des enregistrements qui font revivre) capté ici à Newport en août 1966, trois ans avant sa disparition, un enregistrement resté longtemps inédit.

Un voyage important dans la carrière d’Alan Lomax reste celui qu’il entreprend en 1962 dans les caraïbes (financé par la fondation Rockfeller) entre la Guadeloupe, la Martinique, des champs de cannes aux musiques des rues, on y trouve notamment ce « Rossignol dans bois » un air médiéval enregistré à St Barthélémy, avec la voix de Lomax que l’on entend ici au début...

On poursuit par l’« Hommage à ma mère » Hurard Coppet et son orchestre, Martinique, 1962. La collection Alan Lomax comprend les voyages dans le Sud des Etat-Unis, en Italie et en Espagne, les chansons d'Irlande et d'Ecosse, les chants de prisons, mais aussi du Québec : écoutez cette chanson d'Acadien, Fère Daniel et Père Anselme Boudreau, du côté de Cheticamp, Cap-Breton, Nouvelle Ecosse « Ce sont les filles de St Constant » ou encore ce « Breakdown annoncé » à Anse-aux-Gascons, Québec. L’enregistrement permet de danser avec les morts, mais aussi de se regarder, égal aux autres : dans ses notes Lomax évoque les séances d’écoutes qu’il organisa en Caraïbe pour faire entendre ce qu’il venait d’enregistrer. Un « cultural feedback » qui se faisait par un système de grosses enceintes, faisant résonner leur musique plus fort qu'il ne l'avait joué, que tout le monde entendait dans les rues. Ce renvoi, ce retour d'écoute leur faisait réaliser l’importance de leur musique, égale à celle qu’ils entendaient à la radio. Enregistrer n’est pas figer.

extraits diffusés :

« The Rain Dance - part 2 » par George Buck (Danegorens, Slit-Water, a Cayuga) Red-Jacket (Sagoyewa'tha, Willy John, a Seneca) George Green (Desoyerontye, a Mohawk) Grand River Reserve, Ontario. 1954

« Cherry ball Blues » par Skip James. Newport, 1966

« Rossignol dans bois » St Barthelemy, 1962. / « Hommage à ma mère » Hurard Coppet et son orchestre. Martinique, 1962

« Ce sont les filles de Saint Constant » Cheticamp, Cap-Breton , Nouvelle Ecosse 1940 / « Breakdown annoncé » Alfred Angleheart (fiddle), Anse aux Gascons, enr. par Marcel Rioux

RUSH jusqu'au 7 juin 2015 au 106 à Rouen

Sur France Culture Thomas Baumgartner consacre l’Atelier du son à Alan Lomax

L'équipe