France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
couv
couv

Danse composée et décomposée, Jacky Terrasson pianiste plus que jamais sous pulsion avec ce nouvel album sorti cette semaine « Take This ». Titre d’offrande ou de défi (disons que c’est toujours préférable à Take That) et puis peut-être est-ce aussi un clin d’œil à « Take Five » de Paul Desmond que Jacky Terrasson reprend de deux manières différentes dans cet album (moins dans l’esprit de Dave Brubeck qui l’a rendu célèbre mais avec un décalage de tempo qui rend l’exercice de style vraiment enrichissant).

Jacky Terrasson, pianiste et compositeur né à Berlin, de mère américaine et père français, apparu il y a un peu plus de 20 ans sur la scène jazz avec en 1993 le prix Thelonious Monk ; mais son répertoire va au-delà de la référence Be-Bop : accompagnateur pour Betty Carter ou Cassandra Wilson s’est souvent attaché aux compositeurs français début de siècle comme Ravel et Poulenc.

Publicité

Un jeu ici tout en percussions marqué la Mélodie (française) et le jazz (américain) définition du plaisir par Jacky Terrasson dès l'ouverture, Kiff.

Jacky Terrasson au piano mais aussi synthétiseur et Fender Rhodes, bien entouré : Burniss Travis à la basse, le batteur cubain Lukmil Perez et le percussionniste malien Adama Diarra, ajoutez le human beat box de Sly Johnson (entendu au sein de Saïan Supa Crew, puis auprès d’Erik Truffaz). Il y a toujours des reprises, des décalages chez Terrasson, transformation rythmique, de phrasé, de tempo et d'instruments aussi : après Amy Winehouse et Erik Satie Jacky joue ici Miles Davis (Blue in green), Henri Salvador (Maladie d’amour) et Bud Powell. Le pianiste disparu en 1966 et dont le film de Bertrand Tavernier "Autour de Minuit" évoquait le séjour en France, son amitié avec Francis Paudras, qui eut un grande influence sur Terrasson qui s’en souvient : Un Poco Loco (peut-être l’appropriation la plus fidèle de ce disque « Take This »)

On se quitte avec un dernier titre que Terrasson a entièrement réalisé seul en studio, en « re-recording ». Hasard ou pas pour un titre qui parle de rupture et de solitude « Somebody That I Used To Know ». Gotye renvoyé à Luiz Bonfa à qui il avait emprunté la guitare et auquel Terrasson ajoute une mélodie du XVIIIIème s. Preuve que celui qui prend finit toujours pas rendre, même à un autre.

(mc)

Extraits diffusés :

Dance (Jacky Terrasson)

Kiff (Jacky Terrasson)

Un Poco Loco (Bud Powell)

Somebody That I Used To Know (Luiz Bonfa/Walter André De Backer)

Jacky Terrasson « Take This » (impulse!)