Publicité
En savoir plus

Un deuxième album marqué par les sonorités des studios de Kingston, mais qui n'est pas resté bloqué dans les années 70.
« Le cœur bat plus délicieusement à relancer un lion qu'à faire lever un lièvre » William Shakespeare

Pourquoi est-ce que je vous parle de lion dans une ambiance sound system Jamaïcain ce matin ? réponse ici :

Publicité

D’abord parce que le groupe s’appelle The Lions. Et puis vous savez sans doute que les rastas jamaïcains citent régulièrement des extraits de la Bible, notamment du Livre de la Genèse pour évoquer leur guide spirituel, et la figure du Lion conquérant de la tribu de Judas revient souvent. Mais j’ai aussi choisi cette citation de William Shakespeare parce qu’il se trouve qu’un homonyme (et héritier lointain, qui sait) chante dans ce groupe : Black Shakespeare (cousin de Robbie Shakespeare pour les amateurs) qui fait ici office de maitre de cérémonie.

The Lions, groupe marqué à l’évidence par les sonorités des studios de Kingston mais qui n’est pas resté bloqué sur les années 70, la preuve avec ce Rythm Rock irrésistible.

« The Soul Riot » titre assez beau de ce deuxième album de The Lions, qui signifie presque l’émeute intérieure, la révolte de l’âme (il est question bien sur du partage des richesses, de la nature, mais aussi d’influences diverses).

Les graines de la révolution reggae ont germé partout dans le monde : Bob Marley (qui aurait 70 ans ce mois-ci) sort encore des live inédits, le rappeur Snoop Dog a même changé un temps son nom pour devenir Snoop Lion, et se tiendra le mois prochain à Abidjan la première édition d'un grand festival international parrainé par la star ivoirienne Alpha Blondy, "Abi Reggae".

Un reggae plein aussi d'influence soul, on sait tout l'impact des productions des labels Stax et Motown sur la musique jamaïcaine - et inversement... Run Along

The Lions eux viennent de Californie : 16 musiciens basés à Los Angeles, réunis sous la direction du producteur Dan Ubick. La crème de musiciens de studios, fanatiques de reggae : le bassiste (Dave Wilder) jouait avec Macy Gray, les autres ont servis chez les Black Eyed Peas, De La Soul, ou encore Beck, bref, une grande richesse d’influences mêlées dans ce groupe. Aboutissement de l’album et de la culture DJ résumée par cette dernière reprise des Clash « The Magnificent Dance » single édité spécialement pour les clubs, ou quand un groupe de rock anglais jouait avec l’énergie directe du Hip-hop.

extraits diffusés :

When It Rains

Rythm Rock

Run Along

The Magnificent Dance

The Lions « Soul Riot » (Stones Throw)