France Culture
France Culture
Publicité

Wizzz c’est un regard sur la France qui ose, compilations de raretés, ici entre 1967-1970, ni yéyé ni dada, simplement hors format, esprit gaulois et psyché à la fois.

couv
couv

Voulait-il dire dévôts et non « des veaux » le général de Gaulle ? Chanson vache que ce petit montage musical entre discours imité (de Gaulle n’a jamais prononcé ces mots en public) et des chœurs insolents qui lui répondent. On peine à croire qu’il date de 1968, c’est pourtant un authentique 45 tours signé Dansez avec moa (vous l’écrivez comme Mao dans l’autre sens) un disque déniché par JB Guillot pour le troisième volume de WIZZZ qui vient de paraître, compilations « cultes » s’il en est.

Publicité

Wizzz c’est un regard sur la France qui ose, compilations de raretés, ici entre 1967-1970, ni yéyé ni dada, simplement hors format, esprit gaulois et psyché à la fois, à l’image de ce groupe Pierre Paul ou Jacques qui chantait « Je suis Turc... et j’ai mes têtes ». Chanson d’un groupe comète ou éphémère imaginé par Richard Bennet, directeur artistique fantasque de chez Barclay et proche de Nino Ferrer. Ce qui passionne à l’écoute de ces pépites rassemblées dans Wizzz, ce sont aussi les notes, les illustrations du disque qui racontent toute une époque, et des parcours étonnants comme celui de Bernard Chabert : fils de pilote de l’aéropostale, qui après quelques tubes comme « Helga Selzer » ou « Sur une plage bordée de cocotiers » se spécialisera comme journaliste aéronautique et fondera le magazine Pégase à la télévision. Signe de l’époque encore, la place nouvelle acquise par les femmes, non sans humour, écoutez le dialogue entre Jane et Julie : « Notre homme à moi ».

Parmi les personnalités hautes en couleur à entendre dans ce Wizzz volume 3, un certain Joël Sternheimer alias Evariste, docteur en physique théorique qui, en quittant Princetown à 23 ans, se demande pourquoi il ne ferait pas de la chanson comme Antoine, il est même encouragé dans sa démarche par Oppenheimer lui-même. Pop physicienne donc, et la pomme de Newton devient... Les pommes de la Lune. Chaque piste est comme un encouragement à aller trouver les autres titres, notamment ceux du physicien chanteur (assez génial : « Connais-tu l’animal qui a inventé le calcul intégral ? » sur la pochette Evariste s’écrit E = mc2...) Vous entendrez aussi dans ce Wizzz volume 3 la « Névralgie particulière » de Christian Blondieau alias Long Chris, pionnier du rock français et auteur –entre autre- de « Gabrielle » pour Johnny Hallyday, ou encore ou l’histoire de Jean-Bernard de Libreville... bref, on ne cesse de creuser. Le morceau final est presque un portrait de l’auteur des compilations de Born Bard Records : « Les drogués du 45 tours ».

(mc)

extraits diffusés :

« Les Français sont des veaux » Dansez avec moa

« Je suis Turc » Pierre, Paul ou Jacques

« Notre homme à moi » Jane et Julie

« Les Pommes de Lune » Evariste

« Les drogués du 45 tours » Marcel Artero

Wizzz vol. 3 (Born Bad Records)

L'équipe