"Homère", de Jean-Baptiste Auguste Leloir (Huile sur toile, 1841. Hommage à l’Apothéose d'Homère d'Ingres (1827) - Wikimedia Commons
"Homère", de Jean-Baptiste Auguste Leloir (Huile sur toile, 1841. Hommage à l’Apothéose d'Homère d'Ingres (1827) - Wikimedia Commons
"Homère", de Jean-Baptiste Auguste Leloir (Huile sur toile, 1841. Hommage à l’Apothéose d'Homère d'Ingres (1827) - Wikimedia Commons
Publicité
Résumé

Si dans l'Iliade et l'Odyssée "les paroles s'envolent", c'est qu'Homère était un "aède", un poète qui déclamait ses vers en public, et qui les chantait en s'accompagnant à la lyre.

avec :

Philippe Brunet (helléniste et metteur en scène), Panayotis Stefos (Luthier), Pavlina Pamboudi (Poétesse), Katerina Fotinaki (Musicienne).

En savoir plus

Du haut de l'Olympe, Apollon et les Muses, filles de Zeus, chantent en chœur au son de la lyre. Ensemble, ils soufflent au Poète les vers qu'il déclame, ils l'inspirent comme ils inspirent les rossignols, les hirondelles ou les cigales. Tel un oiseau, le Poète est ainsi poussé à chanter par une force invisible. Ses mots s'envolent, plus légers que l'air. Ils traversent les millénaires, ils se transmettent de bouche à oreille, et finissent un jour posés sur une feuille blanche. Ils sont alors copiés, imprimés, publiés, et deviennent peu à peu des monuments de la littérature.

Philippe Brunet, lui, veut rendre son chant à l'oiseau. Il renoue avec la tradition orale des poètes d'antan : c'est un aède des temps modernes qui chante Homère en français et s'accompagne à la lyre. Cet helléniste d'origine japonaise enseigne le grec ancien à l'université de Rouen, et a mit 20 ans à traduire l'Iliade. Aujourd'hui, il redit en musique les poèmes homériques et leur rend ainsi leur statut originel de poésie lyrique.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Musiciens : Panayotis Stefos et Katerina Fotinaki

Liens

Remerciements

  • Katerina Fotinaki pour ses précieux conseils
  • Clara Villain pour ses traductions
  • Marie Constant et Zoi Kyritsopoulos pour leurs lectures
  • Annelise Signoret (de la documentation de Radio France) et Anne Brûlant (de l'INA) pour leur aide

Musique

Album "Comme un jardin la nuit" de Katerina Fotinaki et Angélique Ionatos