France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

" J'étais très bien à la DASS, mes copines m'enviaient ! Je pouvais aller au cinéma le soir, et elles, elles étaient vissées par leurs familles " . Lââm a tout à fait sa place à Chanson Boum, car Lââm , c'est la chanson populaire... Il n'y a qu'à voir sa gouaille - celle qui a chanté dans les rues, dans les métros, connu mille galères avant d'avoir accès au succès, au micro. " On m'a demandé plusieurs fois de raconter ma vie, mais je serais obligée de faire du mal à des gens et je ne veux pas ". Peut-être, pour les amoureux de la chanson traditionnelle, les arrangements de Lââm ont un parfum trop artificiel. Peut-être qu'une telle voix pourrait aussi se faire entendre avec des pianos, des contrebasses, des violoncelles... Mais cette femme, qui est entrée dans le métier dès l'adolescence - derrière les artistes en faisant la choriste -, cette femme qui n'hésite pas à raconter la distance qu'elle, Lamia, a avec son personnage de Lââm , langoureux et funky, cette femme qui chante, comme disait Barbara, - quatre albums après ses débuts -, n'est plus un feu de paille. Elle a sa place, méritée, dans le monde de la chanson. Et on verra que, sous le vernis, elle n'hésite pas à traiter de problèmes graves : alcoolisme, violences conjugales, manque d'avenir des jeunes pauvres... le plus souvent sur des rythmes entraînants, ce qui est nouveau. Et quand elle parle aussi, c'est trépidant.

Références

L'équipe

Hélène Hazéra
Production
Claire Poinsignon
Collaboration
Viviane Noël
Réalisation