Le 2 mai 2018 à Erevan, lors d'une manifestation de soutien à Pachinian.
Le 2 mai 2018 à Erevan, lors d'une manifestation de soutien à Pachinian.
Le 2 mai 2018 à Erevan, lors d'une manifestation de soutien à Pachinian. ©Getty - Artyom Geodakyan
Le 2 mai 2018 à Erevan, lors d'une manifestation de soutien à Pachinian. ©Getty - Artyom Geodakyan
Le 2 mai 2018 à Erevan, lors d'une manifestation de soutien à Pachinian. ©Getty - Artyom Geodakyan
Publicité
Résumé

En Arménie, Nikol Pachinian a toutes les chances de devenir Premier ministre ce mardi, plébiscité par l'opinion publique après la révolution de velours, portée par la jeunesse. "Nous avons fait en 10 jours ce que vous n'avez pas réussi en 10 ans", disent les étudiants à leurs parents.

En savoir plus

En Arménie, le chef de l'opposition Nikol Pachinian devrait devenir, aujourd'hui, Premier ministre, après une révolution de velours, qui a vu des dizaines de milliers d'Arméniens descendre pacifiquement dans la rue.

Ils ont appelé au changement en manifestant contre l'ancien président Serge Sarkissian, éphémère Premier ministre, acculé à la démission, accusé de ne pas avoir lutté efficacement contre la pauvreté et la corruption.   

Publicité

Fer de lance de la contestation : la jeunesse arménienne. Paroles d'étudiantes, engagées dans le mouvement, recueillies par notre envoyée spéciale, Marie-Pierre Vérot

Les trois étudiantes arméniennes rencontrées par Marie-Pierre Vérot.
Les trois étudiantes arméniennes rencontrées par Marie-Pierre Vérot.
© Radio France - .

>> Pour aller plus loin : 

Gaïdz Minassian, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, et journaliste au Monde, était l'invité du journal de 12h30 d'Antoine Mercier :

"Les Arméniens l'appellent la révolution de velours, pour moi, c'est plutôt une sortie du post-soviétisme, après près de 30 ans d'indépendance. Sortir d'une pratique népotique, d'une corruption endémique

6 min

Ce lundi, des milliers d'Arméniens ont acclamé Nikol Pachinian, sur la place de la République, dans le centre d'Erevan. "Il n'y a qu'un candidat et ce candidat est celui du peuple!", a-t-il lancé Nikol Pachinian à la foule. Après la démission de Serge Sarkissian, le mois dernier, accusé de corruption, l'élection-possible de Nikol Pachinian sonne dans le pays comme une promesse de renouveau. Marie-Pierre Vérot était place de la République.

"Les Arméniens s'émerveillent d'avoir réussi à faire vaciller le pouvoir sans verser une goutte de sang"

53 sec

Une fois élu, Nikol Pachinian devra faire face à des difficultés, car le parti républicain de Sarkissian est majoritaire au Parlement. Les précisions de Marie-Pierre Vérot

"Pour l'instant Pachinian ne peut pas se défaire du parti républicain"

59 sec

Des partisans de Pachinian hier soir à Erevan. Ils viennent de Russie et sont rentrés en Arménie pour la révolution de velours.
Des partisans de Pachinian hier soir à Erevan. Ils viennent de Russie et sont rentrés en Arménie pour la révolution de velours.
© Radio France - Marie-Pierre Vérot
10 min
5 min
Références

L'équipe

Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration