Le bureau de la cour antiterroriste kurde de Qamichli (capture d'écran)
Le bureau de la cour antiterroriste kurde de Qamichli (capture d'écran)
Le bureau de la cour antiterroriste kurde de Qamichli (capture d'écran) ©Radio France
Le bureau de la cour antiterroriste kurde de Qamichli (capture d'écran) ©Radio France
Le bureau de la cour antiterroriste kurde de Qamichli (capture d'écran) ©Radio France
Publicité
Résumé

Où juger les djihadistes français arrêtés en Syrie ? Le gouvernement français souhaite qu'ils le soient dans le pays, à condition de procès "équitables". Dans le Kurdistan syrien, le système judiciaire est en construction, il date de 2013. Reportage dans l'un de ses tribunaux.

En savoir plus

Où seront jugés les djihadistes français arrêtés dans le nord de la Syrie ? Selon nos informations, une quarantaine d’hommes  ainsi qu’une trentaine de femmes et d’enfants français sont aujourd'hui aux mains des forces kurdes, essentiellement en Syrie. Certains de leurs avocats demandent qu’ils soient jugés en France. Mais le gouvernement souhaite des procès sur place, à condition qu’ils soient "équitables".

Sur place, cela veut dire notamment dans le Kurdistan syrien, au nord du pays. La région a proclamé son autonomie, et son système judiciaire est en construction. Il a été créé en 2013, en plein guerre civile. Trois cours anti-terroristes ont été créées, avec des juges, des procureurs, mais pas d'avocat de la défense, ce n'est pas prévu dans la procédure anti-terroriste. L'accusé ne peut pas non plus faire appel. Autant d'éléments qui font dire aux avocats français des djihadistes français que les conditions d'un procès équitable ne sont pas réunies.

Publicité

Reportage de Jérôme Jadot, envoyé spécial de France Culture, dans le nord de la Syrie, dans l'un de ses tribunaux.

7 min
Références

L'équipe

Éric Chaverou
Collaboration
Abdelhak El Idrissi
Collaboration