Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, (à gauche) avec le Premier ministre Palestinien, Rami Hamdallah, le 3 octobre 2017 à Gaza
Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, (à gauche) avec le Premier ministre Palestinien, Rami Hamdallah, le 3 octobre 2017 à Gaza
Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, (à gauche) avec le Premier ministre Palestinien, Rami Hamdallah, le 3 octobre 2017 à Gaza ©AFP - Mohammed Abed
Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, (à gauche) avec le Premier ministre Palestinien, Rami Hamdallah, le 3 octobre 2017 à Gaza ©AFP - Mohammed Abed
Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, (à gauche) avec le Premier ministre Palestinien, Rami Hamdallah, le 3 octobre 2017 à Gaza ©AFP - Mohammed Abed
Publicité
Résumé

Après des mois de privations, l’espoir est brièvement revenu dans la bande de Gaza avec la venue, la semaine dernière, du Premier ministre palestinien, Rami Hamdallah, pour marquer symboliquement le retour de l'Autorité palestinienne. Alors que depuis 10 ans Gaza est dirigée par le Hamas.

En savoir plus

Depuis 10 ans, la bande de Gaza est dirigée par le Hamas, le groupe radical en conflit avec l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas.

Mais il y a 15 jours le mouvement islamiste a appelé à l’unité et promis de donner les clefs de Gaza au Premier ministre palestinien.

Publicité

Réconciliation aussi fragile qu’importante pour tenter de sortir Gaza du marasme économique, social et humanitaire créé par 10 ans de blocus israélien.

Le Choix de la rédaction, à Gaza, est signé Etienne Monin.