Les opérateurs français du ferroviaire se préparent déjà à l'ouverture à la concurrence

La ligne DLR du métro automatique de Londres, exploitée par Keolis depuis 2014.
La ligne DLR du métro automatique de Londres, exploitée par Keolis depuis 2014. - David Lee EPS
La ligne DLR du métro automatique de Londres, exploitée par Keolis depuis 2014. - David Lee EPS
La ligne DLR du métro automatique de Londres, exploitée par Keolis depuis 2014. - David Lee EPS
Publicité

La loi française sur la réforme ferroviaire sera votée définitivement ce jeudi. Elle prévoit notamment l'ouverture à la concurrence à partir de 2023 pour les TER. La RATP, Transdev, ou encore Keolis exploitent déjà des lignes ouvertes à la concurrence à l'étranger. Reportage en Grande-Bretagne.

Se dirige-t-on vers la fin de la grève à la SNCF ? Un nouvel épisode perturbe encore le trafic ce mercredi. Lundi, la commission mixte paritaire composée de sept députés et sept sénateurs est parvenu à un accord sur le projet de loi de réforme de la SNCF, ouvrant la voie à un vote définitif ce jeudi, vote qui pourrait être le premier acte d'une sortie de crise. Même si pour l’instant l’intersyndicale maintient la grève jusqu’à la fin du mois.

La loi prévoit notamment la fin du statut de cheminot à partir du 1er janvier 2020 pour les nouveaux entrants. Mais aussi, l’ouverture à la concurrence à partir de 2023 pour le trafic TER. 

Publicité

Les opérateurs français s’y préparent déjà. Ils exploitent de nombreuses lignes à l'étranger dans un modèle où le marché est ouvert à la concurrence. A l'image de l'Allemagne, de l'Italie et de la Grande-Bretagne. 

Le Royaume-Uni, où Keolis, la filiale de la SNCF exploite depuis une vingtaine d'années des trains, des trams et des métros. C'est d'ailleurs son premier marché en Europe. 

Reportage à Londres d'Hakim Kasmi

>>> Pour aller plus loin : 

Keolis vient tout juste de remporter un contrat historique de 6 milliards d’euros au Pays de Galles. La co-entreprise Keolis, formée par la filiale de la SNCF, et le britannique Amey assurera l'exploitation, la maintenance et la rénovation du réseau ferroviaire gallois, pendant 15 ans. Un contrat à ne pas manquer pour Bernard Tabary, Directeur Exécutif Groupe International, Keolis :  

"Nous avons remporté ce contrat face à une concurrence allemande, chinoise et hollandaise"

5 min

Bernard Tabary, responsable international de Keolis.
Bernard Tabary, responsable international de Keolis.
- Tristan Paviot

L'équipe