En Iran, l'église arménienne de Kara Kilise
En Iran, l'église arménienne de Kara Kilise
En Iran, l'église arménienne de Kara Kilise  - Sébastien de Courtois.
En Iran, l'église arménienne de Kara Kilise - Sébastien de Courtois.
En Iran, l'église arménienne de Kara Kilise - Sébastien de Courtois.
Publicité
Résumé

Chrétiens d'Orient : Mardi 1 novembre 2016

En savoir plus

Une rencontre dans les profondeurs de la culture iranienne. Le père Pierre Humblot a longtemps vécu à Téhéran et connaît bien ce pays et ses communautés chrétiennes. Prêtre français de l'institut séculier du Prado, né à Paris en 1933, il a vécu d’abord au Liban, puis en Iran, où il se rend à l'appel de l'évêque chaldéen de Téhéran, en 1969. Il apprend l’arabe et le persan. Cette amour pour la culture iranienne transforme sa vie.

En 1973, il est nommé responsable du Centre Saint-Jean de Téhéran pour la formation chrétienne d'adultes, dont de plus en plus de catéchumènes et quelques laïcs mariés qui se préparent au sacerdoce. Il devient iranien de nationalité en 1984, après la Révolution Islamique, pays où il a vécu jusqu’en 2010. Depuis "cet exil involontaire" dit-il, le père Humblot poursuit ses travaux de traductions en persan avec des convertis iraniens installés en Europe. Il reçoit chaque jours des dizaines de messages.

Publicité

Il continue aujourd’hui, à Paris, son œuvre de défrichement à la manière d'un Charles de Foucauld depuis un minuscule studio, qui est à la fois son bureau, sa chambre et sa cuisine. Son travail doit demeurer discret. Le père Humblot estime le nombre des convertis à 300 000 en Iran, selon une fourchette basse, et le gouvernement semble bien conscient de l’importance de cette vague de conversions puisqu’il sévit de plus en plus contre ce mouvement. En Iran, le père Humblot n’a jamais cessé d’être sollicité. « On m’accusait de faire du prosélytisme, s’amuse-t-il. Mais je n’en ai jamais fait, tout simplement parce que ce n’est pas mon travail et je n’en aurais pas eu le temps ! »

Références

L'équipe

Sébastien de Courtois
Sébastien de Courtois
Dany Journo
Réalisation