Ruines attenantes au monastère de Saint-Eugène face à la plaine de Mésopotamie.
Ruines attenantes au monastère de Saint-Eugène face à la plaine de Mésopotamie.
Ruines attenantes au monastère de Saint-Eugène face à la plaine de Mésopotamie.    - Saima Altinkaya
Ruines attenantes au monastère de Saint-Eugène face à la plaine de Mésopotamie. - Saima Altinkaya
Ruines attenantes au monastère de Saint-Eugène face à la plaine de Mésopotamie. - Saima Altinkaya
Publicité
Résumé

Cette montagne sainte oublié de Turquie orientale abrite encore des monastères où l’araméen est chanté.

En savoir plus

Le Mont Izlo appartient au massif calcaire de la Montagne des Serviteurs de Dieu, le Tur Abdin en syriaque, qui se trouve au sud-est de la Turquie actuelle. Il s'agit d’une montagne au nord de la ville de Nusaybin, l’ancienne Nisibe, dans une zone qui est depuis toujours très importante du point de vue géographique, à la frontière de l’Empire Romain et de la Perse Sassanide, puis de l’empire Byzantin et des califats Omeyyades et Abassides. 

C’est également, et surtout, une montagne particulièrement importante du point de vue religieux et spirituel, puisque de nombreux monastères s’y sont implantés, le plus célèbre, et le seul qui soit encore occupé par des moines étant celui de Mar-Awgin (Saint-Eugène), fondé par le saint éponyme d’après la légende, et qui essaimera dans toute la région, grâce à ses disciples et suiveurs qui fonderont de nombreux autres monastères dans le Mont Izlo. 

Publicité

Aujourd’hui, on ignore le nombre exact et l’emplacement de tous ces monastères. L’objet de la recherche d’Alexandre Varela est de trouver le plus d’informations possibles sur les monastères mentionnés dans les sources afin de les identifier, de les situer géographiquement pour les étudier sur place, en reconstituer l’histoire et l’évolution aux moyens des restes matériels que l’on pourrait y trouver. Le monastère de Mar-Yaret l’Alexandrin est par exemple très proche de Mar-Awgin, par le style et l’histoire mais n’a pas encore été étudié. 

Alexandre Varela est né en 1984 à Genève. Il a étudié l’histoire de l’art à l’Université de Fribourg et a présenté un doctorat en 2019 avec une thèse portant sur l’art et l’architecture syriaques au Moyen-Âge dans le Tur Abdin, dans laquelle il a consacré un chapitre au monastère de Mar-Awgin dans le mont Izlo. Il est actuellement, chercheur-boursier du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique auprès de l’Université de Pise.

Références

L'équipe

Sébastien de Courtois
Sébastien de Courtois
Claire Poinsignon
Collaboration
François Caunac
Réalisation