Publicité
En savoir plus
Annie Sartre
Annie Sartre
© Radio France

Sébastien de Courtois reçoit Annie Sartre , auteur (avec Maurice Sartre ) de "Palmyre, la cité des caravanes" (Découvertes Gallimard, 2008) et de "Zénobie, de Palmyre à Rome" (Perrin, 2014).

Annie et Maurice Sartre ont récemment sonné l'alarme en publiant, coup sur coup, chacun son tour, un article dans la presse nationale : "Hommage à Palmyre" , par Maurice Sartre , dans *"Libération" * du 19 septembre dernier; "Palmyre, chronique d'une mort annoncée" , par Annie Sartre , dans "Le Figaro" du 6 octobre...

Publicité

Car la "Perle du désert" , la "Venise de sables " est en train de disparaître, sous le feu de Daech, "dans la quasi-indifférence des responsbles politiques occidentaux dont l'inaction et les reculades depuis plus de quatre ans ont largement conduit au désastre actuel" , nous dit le professeur d'histoire ancienne** Maurice Sartre.** ..

Mais* "combien de temps allons-nous rester encore passifs devant ce carnage, en attendant que le site ne soit plus qu'un tas de gravats?* " renchérit Annie Sartre, épigraphiste et spécialiste du Proche-Orient...

C'est l'indifférence des ruines : les temples, ces "résonateurs de merveilles réelles" , comme le disait déjà** Antonin Artaud** dans son merveilleux "Héliogabale ou l'Anarchiste couronné" (où l'on visite moins la Syrie de Palmyre que celle d'Emèse), - les temples sont dynamités les uns après les autres, que ce soit celui de Baalshamin, ou celui de Bêl; les tours funéraires, aussi, "dont l'une des plus anciennes, celle d'Atenatan '9 av. J-C.), et deux des plus belles, celles de Jamblique et d'Elahbel, datant respectivement de 83 et de 103 de notre ère", nous dit Annie Sartre.

"Le 18 août dernier, on apprenait aussi la décapitation de l'ancien directeur des Antiquités de Palmyre, Khaled al-Assad, coupable avant tout d'être un personnage emblématique du site auquel il avait consacré sa vie" , dit-elle encore...

Le grand historien anglais de la fin du XVIIIè siècle, Edward Gibbon, décrivait ainsi cette vieille ville de Palmyre, dans son grand ouvrage "Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain" :

** "Dans les déserts incultes de l'Arabie la nature a semé quelques terrains fertiles, qui s'élèvent, semblables à des îles, au milieu d'un océan de sable. Le nom même de Tadmor ou Palmyre désigne, en syriaque et en latin, la multitude de palmiers qui donnent de la verdure et de l'ombre à ce climat tempéré. Les habitants y respiraient un air pur; et le sol, arrosé de plusieurs sources inestimables dans un tel climat, produisait des fruits et du blé. Ces avantages particuliers, la situation de cette place à une distance convenable de la Méditerranée et du Golfe Persique, la rendirent en peu de temps florissante. Elle fut bientôt fréquentée par les caravanes, qui portaient aux nations d'Europe une partie considérable des marchandises précieuses de l'Inde. Insensiblement Palmyre devint une ville riche et libre. Placée entre le royaume des Parthes et l'empire romain, elle obtint de ces deux grandes puissances la liberté de conserver une heureuse neutralité, jusqu'à ce qu'enfin, par les victoires de Trajan, l'Empire romain engloutît cette petite république (...)"** (Editions Robert Laffont / Bouquins)

La reine** Zénobie** prendra les armes contre les empereurs de Rome, avant de reconnaître la souveraineté d'Aurélien : "Parce que, dit-elle, j'aurais rougi de donner le titre d'empereur à un Gallien, à un Auréole. C'est vous seul que je reconnais comme mon vainqueur et comme mon souverain."

Gibbon dit que "le courage de Zénobie l'abandonna au moment du danger. Elle ne put entendre, sans être glacée d'effroi, les clameurs des soldats qui demandaient à haute voix sa mort."

Aujourd'hui c'est la tyrannie de Daech, et non plus celle d'Aurélien, qui mène Palmyre à la ruine; celle-ci, définitive?

Références

L'équipe

Sébastien de Courtois
Sébastien de Courtois
Didier Pinaud
Collaboration
Dany Journo
Réalisation