Vue des colonnes extérieures du temple de Bel en partie détruit en 2015 par l'Etat islamique, à Palmyre dans l'ancienne ville syrienne.
Vue des colonnes extérieures du temple de Bel en partie détruit en 2015 par l'Etat islamique, à Palmyre dans l'ancienne ville syrienne.  ©AFP - Joseph Eid
Vue des colonnes extérieures du temple de Bel en partie détruit en 2015 par l'Etat islamique, à Palmyre dans l'ancienne ville syrienne. ©AFP - Joseph Eid
Vue des colonnes extérieures du temple de Bel en partie détruit en 2015 par l'Etat islamique, à Palmyre dans l'ancienne ville syrienne. ©AFP - Joseph Eid
Publicité

L’action publique au chevet de la mémoire des Hommes, de l’analyse institutionnelle à la réflexion personnelle.

"Oui, décidément ne vouloir connaître qu'une seule culture, la sienne, c'est se condamner à vivre sous un éteignoir." Paul Veyne, Palmyre, l'irremplaçable trésor, Albin Michel, 2015. 

Quel est le sens du patrimoine pour les exilés ? Bruno Favel offre un point de vue passionnant sur ces questions. Haut-fonctionnaire, il est directeur du département des affaires européennes et internationales au sein de la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture. 

Publicité

"L'idée de protéger le patrimoine culturel contre les risques naturels et humains est assez récente. Longtemps, catastrophes naturelles et guerres ont été perçues comme une fatalité contre laquelle il était vain de lutter. C'est au siècle des Lumières qu'on s'avisa que les pire ennemis du patrimoine n'étaient pas seulement les éléments déchaînés, mais aussi les hommes, que les destructions et dégradations de cités, monuments, archives et oeuvres d'art devaient plus aux guerres, à la négligence, au vandalisme et à la cupidité qu'aux fureurs de la nature. On se souvient du cri de Victor Hugo : "Guerre aux démolisseurs!" et de la parution de Notre-Dame de Paris en 1831," explique Bruno Favel dans un article publié dans le n°139 de  Culture et Recherche, édition Printemps-été 2019. 

23 min

Spécialiste de géopolitique culturelle, Bruno Favel a été président du Comité directeur de la culture, du patrimoine et du paysage du Conseil de l’Europe (CDCPP), et contribue depuis plusieurs années au renforcement de la place des patrimoines dans les différentes politiques communautaires. 

L'équipe

Sébastien de Courtois
Sébastien de Courtois
Claire Poinsignon
Collaboration
Dany Journo
Réalisation