Le Bus Palladium fera ses adieux au public le 2 avril 2022, avant sa fermeture définitive ©Radio France - Fiona Moghaddam
Le Bus Palladium fera ses adieux au public le 2 avril 2022, avant sa fermeture définitive ©Radio France - Fiona Moghaddam
Le Bus Palladium fera ses adieux au public le 2 avril 2022, avant sa fermeture définitive ©Radio France - Fiona Moghaddam
Publicité
Résumé

Le Bus Palladium, salle de concert et club, situé dans le quartier Pigalle à Paris, va bientôt être détruit pour laisser place à un hôtel, 57 ans après sa création. Artistes et public sont déjà nostalgiques de cette scène entièrement dédiée au rock, comme il n'en existe plus beaucoup en France.

En savoir plus

Le 6 rue Fontaine, dans le quartier Pigalle à Paris, est une adresse mythique. C'est ici qu'il y a cinquante-sept ans, en 1965, James Arch et James Thibaut ont créé le Bus Palladium. Leur idée est simple. Ils veulent un lieu accessible aux jeunes, sans code vestimentaire imposé, tourné vers le rock'n'roll. L'un des seuls endroits à Paris où les jeans, bottes pointues et blousons en cuir étaient autorisés. Le bâtiment doit bientôt être détruit, pour laisser place à un hôtel. Pour le public et les artistes, c'est tout un pan de l'histoire du rock à Paris qui disparaît avec lui.

Très vite après son ouverture, le tout-Paris se presse au Bus Palladium : Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et les Chaussettes noires, et plus tard, Téléphone… Nombreuses sont les chansons qui y font référence. En 1966, Gainsbourg entonne dans "Qui est in, qui est out" : "Tu aimes la nitroglycérine ? C'est au Bus Palladium que ça s'écoute. Rue Fontaine, y'a foule, pour les p'tits gars de Liverpool !" La dernière référence en date est celle du groupe Brigitte, avec son titre "Palladium" : "Viens j't'emmène au Palladium, on boira du rock'n'roll sur des vieux hits à la gomme".

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

29 min

La "musique du Bus"

Au fil de son histoire, le Bus va connaître diverses ouvertures puis fermetures. Ainsi, à peine quatre mois après ses débuts, le Bus Palladium ferme une première fois raconte Cyril Bodin, l'actuel directeur artistique et programmateur. Le lieu continue par la suite d'être exploité mais le Bus ne rouvre réellement qu'en 1974, où il connaît à nouveau un grand succès. À la fin des années 1970, une fermeture administrative est prononcée en raison d'un meurtre qui a eu lieu entre les murs du Bus. Un homme, poursuivi par deux autres, s'y est réfugié avant d'être abattu. Le Bus rouvre fin 1979, une autre époque démarre : celle des influences californiennes. Nicolas Lespaule y fait alors quelques remplacements en tant que DJ.

1980-1990 est une période très particulière pour le Bus. Les trois DJ [du Bus] vont essayer de trouver une programmation exclusive. Il n'y a pas de génération spontanée de disques, alors ils vont fouiller dans les magasins de disques parisiens notamment et ils vont tomber sur les "solders". Ce sont des gens qui achètent les disques au kilo, qui arrivent des États-Unis et dans ces bacs de plusieurs centaines voire milliers de vinyles, ils vont en sortir quelques-uns et construire un noyau de programmation qui va devenir la musique du Bus.    
> Nicolas Lespaule, spécialiste musique

Une musique qui l'a tellement marqué que Nicolas Lespaule présentera durant trois ans sur la radio Ouï FM une émission hebdomadaire consacrée à la musique du Bus Palladium : "Ouï love le Bus", en 2009. De ses années au Bus Palladium, Nicolas Lespaule garde comme principal souvenir "d'avoir aimé, écouté et partagé cette musique. Ce qui me plaisait, ajoute-t-il, c'est que le Bus Palladium n'a jamais été un club privé. C'était un club de musique, on allait là-bas pour écouter de la musique et se retrouver entre personnes qui aiment la même musique".

"Une essence rock"

Au fil des ans, le Bus passe entre différentes mains et différents styles. Il renoue avec ses origines rock en 2010, avec l'arrivée d'un nouveau propriétaire Benjamin Patou et du directeur artistique et programmateur Cyril Bodin. L'extérieur se dote d'une façade blanche, surplombée par l'écriteau rouge "Bus Palladium" et l'intérieur accueille au rez-de-chaussée, la salle de concert et à l'étage, un restaurant-bar.

L'entrée du Bus Palladium, avec au rez-de-chaussée, la salle de concert
L'entrée du Bus Palladium, avec au rez-de-chaussée, la salle de concert
© Radio France - Fiona Moghaddam

Au même moment, la troupe Airnadette voit le jour, une comédie musicale rock, un brin déjanté, dans laquelle les artistes font semblant de chanter et jouer de la musique. L'une des premières scènes du groupe a lieu au Bus Palladium, Airnadette y fait aussi sa résidence. Quatorze ans plus tard, le groupe compte quelque 1 200 dates de concerts à travers le monde. Sylvain Quimène, aka Gunther Love, a longtemps fait partie du groupe avec lequel il a organisé nombre de concerts, soirées et joué sur scène :

C'est là qu'on a créé nos premiers spectacles, qu'on a tout mis en place. On a également organisé des concerts, en partenariat avec Auguri Productions, en faveur du Secours populaire français, cela s'appelait le Secours Pop Rocks. On y a accueilli M, Oxmo Puccino, Tété, on a participé à la reformation du groupe de rock FFF, on a aussi eu des groupes comme Shaka Ponk… On a organisé des boums, des kermesses ! On est venus avec des artistes rap et électro, des personnes qui n'avaient pas l'habitude de venir sur scène là-bas.    
> Sylvain Quimène, Gunther Love du groupe Airnadette

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des souvenirs au Bus, Sylvain Quimène en a beaucoup, des personnels, "j'y ai carrément rencontré ma femme à l'époque", confie-t-il et des "professionnels", comme lorsqu'il a assisté au concert de reformation du groupe FFF, un moment "très émouvant". "C'est un endroit où on prend beaucoup de plaisir à se retrouver, c'est un club comme il n'en existe plus beaucoup à Paris, il y a un petit côté anglais que j'aime bien. C'est la mise en valeur du live, du rock. Il en reste quelques-uns à Paris mais en plein Pigalle, c'était l'un des derniers bastions rock'n'roll, cela va nous manquer !"

La particularité du Bus ? C'est déjà de savoir qu'il y a des artistes comme Gainsbourg qui sont venus jouer ici avant nous, que la scène n'a pas vraiment changé, les murs n'ont pas beaucoup bougé, que la moquette sent toujours aussi mauvais ! Et c'est ce qui nous plaît quand on arrive sur place (rires) ! C'est l'essence rock, il  y a un truc qui transpire ! Ce n'est pas une boîte de nuit, c'est une entité, une vibe, une institution en fait, il n'y a pas d'autre mot.    
> Sylvain Quimène

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La fin d'une histoire rock

Une page du rock à Paris se tourne aussi pour le public, souvent composé d'habitués. Dominique y vient par exemple plusieurs fois par an, depuis une trentaine d'années. Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac, Yarol Poupaud, il a vu de nombreux artistes sur scène mais reste surtout marqué par "les soirées de Guitare Garage, un célèbre luthier du quartier qui tous les ans faisait une soirée au Bus Palladium avec de nombreux invités : Axel Bauer, Nono, Raphael… Il y avait un monde fou !"

Lors d'un concert au Bus Palladium, le 24 mars 2022
Lors d'un concert au Bus Palladium, le 24 mars 2022
© Radio France - Fiona Moghaddam

Bien que plus jeunes, Nicolas (25 ans) et Laura (26 ans) fréquentent depuis quelques années le Bus. Laura est venue dès l'adolescence, tous les week-ends et a le souvenir d'avoir vu son premier concert au Bus. "C'était le seul endroit pour moi dans Paris qui proposait de la musique que j'écoutais dans la vie de tous les jours, explique la jeune femme. Je n'ai jamais aimé les endroits qui passaient de la musique commerciale ou électro donc je trouvais mon compte ici. On a toujours pu assister à des petits concerts de groupes qui débutent donc cela nous a fait découvrir plein de choses, c'est génial. C'est la fin d'une époque, cela veut dire que maintenant on n'a plus de repère rock'n'roll dans Paris et c'est triste !"

Nicolas est allé au Bus pour la première fois il y a cinq ans, pour voir un groupe de copains sur scène. Il y est retourné à plusieurs reprises par la suite, pour des concerts, un one-man-show ou simplement pour faire la fête car le lieu se transforme en boîte la nuit, en deuxième partie de soirée. "Pigalle qui est un coin de musicos, d'artistes - je fais de la guitare et la guitare il n'y a que cela autour - le Bus P., c'est un peu le point de rendez-vous pour les concerts. Et de perdre une salle comme celle-ci, cela fait un petit pincement au cœur."

Le Bus Palladium pourrait renaître

Demain, vendredi 2 avril 2022, le Bus vivra sa dernière "grande soirée", entre 20 et 30 artistes seront présents sur scène pour dire adieu à ces cinquante-sept ans d’histoire. S’il ne fallait retenir qu’une soirée pour Cyril Bodin, le directeur artistique, c’est celle de la reformation de Téléphone ou plutôt des Insus.

Ce soir-là, c’était une soirée presque comme une autre. Philippe Dana, le journaliste ancien de Canal + l’organisait. Il avait invité des copains, des anciens de Canal, Bertignac, Aubert, Richard Kolinka, Christophe, Axel Bauer, toute sa clique ! Et au fil de la soirée, les gars [Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka, ndlr] se sont retrouvés à se reformer, au début sur des standards des Stones, puis Jean-Louis Aubert était à la batterie alors que ce n’est pas son instrument de prédilection, puis il est passé au micro et ainsi de suite… Et cela a démarré. On était tous complètement soufflés par ce qu’il se passait. Ce souvenir restera vraiment mémorable, je crois que j’ai même pleuré ! Étant grand fan de Téléphone quand j’étais gamin, cela avait aussi un sens !  
Cyril Bodin, directeur artistique et programmateur du Bus Palladium

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le Bus Palladium sera détruit dans quelques temps pour laisser place à un hôtel, les travaux doivent durer deux ans. Mais Cyril Bodin garde l’espoir de le voir renaître. Après discussion avec le propriétaire, il a eu confirmation que le Bus doit être reconstruit, au sous-sol, avec une entrée dédiée. "Ils veulent reconstituer le club quasi à l’identique. Finalement, le Bus Palladium n’est peut-être pas complètement mort ! Effectivement, les murs et la façon dont on l’a connu, ce ne sera plus la même chose, mais il y aura toujours l’esprit qui demeurera." Et pour ne pas oublier son histoire, Cyril Bodin est actuellement en train d'écrire un livre sur le Bus Palladium qui doit sortir à la fin de l'année.

42 min
À lire aussi : Qui a tué Pigalle ?
Références

L'équipe

Fiona Moghaddam
Journaliste