Michelle Dumeix est membre depuis longtemps de l'Association Bibliothèques Seine-Saint-Denis, qui porte notamment le festival littéraire Hors Limites ©Radio France - Camille Marigaux
Michelle Dumeix est membre depuis longtemps de l'Association Bibliothèques Seine-Saint-Denis, qui porte notamment le festival littéraire Hors Limites ©Radio France - Camille Marigaux
Michelle Dumeix est membre depuis longtemps de l'Association Bibliothèques Seine-Saint-Denis, qui porte notamment le festival littéraire Hors Limites ©Radio France - Camille Marigaux
Publicité
Résumé

Alors que se termine le festival littéraire "Hors limites" en Seine-Saint-Denis et que débute le Festival du Livre de Paris, rencontre avec Michelle Dumeix, qui travaille depuis plus de vingt ans comme bibliothécaire à Bobigny. Un métier selon elle aussi riche qu'utile aux territoires.

En savoir plus

Dans le vaste hall qui laisse entrer la lumière, petits et grands lecteurs se croisent, l'atmosphère, d'une pièce à l'autre, alterne entre les chuchotements discrets et les cris des enfants excités à l'idée de se raconter, ou se faire raconter des histoires. Pour les accueillir et les conseiller, les 28 bibliothécaires d'Elsa Triolet se relaient.

Michelle Dumeix est fière des sélections et des collections de sa bibliothèque, présentée "sans hiérarchie" et grâce au travail minutieux de l'équipe
Michelle Dumeix est fière des sélections et des collections de sa bibliothèque, présentée "sans hiérarchie" et grâce au travail minutieux de l'équipe
© Radio France - Camille Marigaux

Parmi eux, Michelle Dumeix, adjointe de la directrice. Cette bibliothèque, c’est comme sa deuxième maison, depuis vingt ans qu’elle y travaille. Elle nous fait visiter, dans les grandes lignes, l'ensemble des 3 500 m2 de l'endroit, le pas rapide et la voix grave, énergique. "Voilà le secteur adulte… ici, c'est une bibliothèque où il y a énormément de collections. On n'a pas peur des livres, nous. La mode, c'est de mettre peu de livres", ironise t-elle. "Mais nous, notre boulot, c'est de mettre les gens en contact avec le savoir, avec les collections". La bibliothèque Elsa Triolet est l'une des plus grandes du département. Quand on lui demande si elle une idée du nombre d'ouvrages qu'elle contient, Michelle Dumeix hésite et répond : "Je dirais 100 000. On a aussi une énorme réserve en bas qui nous permet de faire tourner les collections".

Publicité
Créée en 1986, la bibliothèque Esla Triolet de Bobigny, l'une des plus grandes de Seine-Saint-Denis
Créée en 1986, la bibliothèque Esla Triolet de Bobigny, l'une des plus grandes de Seine-Saint-Denis
© Radio France - Camille Marigaux

Michelle Dumeix nous emmène rapidement au "coin" de la presse, et indique qu'un ordinateur permet d'y lire les journaux et les revues étrangères. Elle explique : "c_e service permet aux gens de venir consulter des sites de leur pays_". À l'étage, plusieurs tables de travail sont installées. "On est sur un territoire où les gens ne peuvent pas vraiment aller chez les uns et les autres pour travailler. Avec les examens qui approchent, ça va arriver, on va d'ailleurs ouvrir une nouvelle salle".

Beaucoup de bibliothèques mais très peu de librairies

Michelle Dumeix fait toujours référence à ce territoire où elle a passé l’essentiel de sa carrière. La Seine-Saint-Denis, héritière des politiques culturelles ambitieuses des villes communistes dans les années 70.

Michelle Dumeix : "C'est ce qu'on appelait la ceinture rouge"

1 min

À cela s'ajoute un héritage dont une grande partie de la population de Seine-Saint-Denis se trouve pourtant éloignée, d’où dit-elle l’importance de son métier. "La lecture publique c’est presque du militantisme. Tel que je l’ai appris et tel que je le pratique. Ce sont des enjeux comme en Seine-Saint-Denis de démocratisation d’accès à la culture très importants. Et la bibliothèque est l’un des endroits les plus faciles d’accès pour eux, pour s’approprier ces biens culturels. On a beaucoup de familles ici qui n’ont pas de livres chez elles. Donc ce sont des enjeux très intéressants."

D'autant, ajoute t-elle, qu'hormis ces infrastructures portées par les villes et le département, la Seine-Saint-Denis possède très peu de librairies. "À Bobigny, par exemple, il n'y en a pas. Il y en a eu une, mais elle n'a pas tenu économiquement".

La bibliothèque possède de nombreux livres dans les langues pratiquées par les habitants de Bobigny
La bibliothèque possède de nombreux livres dans les langues pratiquées par les habitants de Bobigny
© Radio France - Camille Marigaux

Michelle Dumeix décrit un travail de fourmi, entre les partenariats, les interventions dans les crèches, les écoles, les Ehpad, mais aussi l'organisation d'ateliers d’initiation à internet ou encore des groupes de conversation en français. "Emmener la culture et la lecture partout où elle doit aller". Michelle Dumeix a vu le métier se diversifier, elle décrit un métier extrêmement varié, très riche et collectif : "On a énormément à apprendre, on ne s’ennuie jamais". Fine connaisseuse du terrain, elle liste également un métier de médiation mais aussi de transmission. Avant d'ajouter : "Il faut être engagé, être bibliothécaire, c'est du militantisme".

Je suis une fleur de bitume

Michelle Dumeix l’a compris au fil d'une carrière entière passée en Seine-Saint-Denis, après avoir, presque naturellement, embrassé une vocation héritée de sa famille. "Ma mère était bibliothécaire aussi, alors j’ai beaucoup traîné dans ces bibliothèques, dans les bouquins, elle-même travaillait dans les premières bibliothèques un peu vivantes de Seine-Saint-Denis. C’était un bain d’enfance, en quelque sorte", confie la Parisienne, qui se qualifie elle-même de "fleur de bitume, ancrée sur son territoire" en souriant, le regard pétillant derrière ses lunettes.

Un métier qui s'est diversifié avec le temps et selon les territoires

Les bibliothécaires ont longtemps été en majorité des femmes, et des bénévoles. Toujours très féminine, l’activité s’est en revanche professionnalisée, et largement diversifiée. "Souvent, ça a été le lieu des étudiants, des érudits ou des amateurs de littérature. Puis après elle a joué un rôle en fonction des territoires, de plus en plus important. On a un rôle social beaucoup plus marqué qu’à Neuilly ou à Saint-Cloud. Nous avons des missions spécifiques, inscrite dans une charte de l'Unesco. Mais nous croyons aussi que la bibliothèque est le lieu d’intégration sociale et de la formation du citoyen".

Elle évoque ainsi les ateliers pour aider le public dans ses démarches administratives sur internet ou encore l'initier à la création numérique, mais sans jamais oublier le cœur du métier : permettre aux lecteurs ou futurs lecteurs de découvrir les livres. Et surtout, la bibliothèque idéale de Michelle Dumeix est aussi celle qui permet aux gens de se rencontrer.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Mais si elle devait partir sur une île déserte et n'emporter qu'un seul livre, Michelle Dumeix n'hésiterait pas une seconde : ce serait le Petit Robert, car dit-elle "un dictionnaire contient à lui seul tous les livres d’une bibliothèque". Même si elle glisserait bien aussi dans son sac une anthologie de poésie…