Présentation des membres de l’Académie Royale des Sciences par Colbert à Louis XIV en 1667 - Henri Testelin
Présentation des membres de l’Académie Royale des Sciences par Colbert à Louis XIV en 1667 - Henri Testelin
Présentation des membres de l’Académie Royale des Sciences par Colbert à Louis XIV en 1667 - Henri Testelin
Publicité
Résumé

Au-delà de l'optimisme excessif dans le progrès, d'une part, et des désenchantements du XXe siècle, d'autre part, Jean-Noël Jeanneney interroge en compagnie de Tzvetan Todorov l'actualité des Lumières, qui sont devenues une attitude à l'égard du monde.

avec :

Tzvetan Todorov (Critique, historien et philosophe).

En savoir plus

Emission consacrée, avec Tzvetan Todorov, à l'actualité des Lumières. L'héritage des philosophes du XVIIIe siècle retrouve une valeur sans pareil pour l'interprétation du présent et l'action civique, dans un monde marqué par les attaques d'un certain fanatisme religieux, la résurgence de la torture, la crise en Occident... Tzvetan Todorov, directeur de recherche honoraire au CNRS, historien et essayiste, vient de publier un petit livre consacré à L'Esprit des Lumières (Robert Laffont). Car, "c'est en critiquant les Lumières que nous leur restons fidèles."

Les Lumières qui, pour Jean-Noël Jeanneney, "ne sont jamais un acquis définitif, mais toujours une espérance en marche".

Publicité

"Le droit n'est pas exclusivement construit par la société, il y a un droit qui est au-delà de toute décision collective, locale."

"Au fond c'était l'Encyclopédie qui incarnait aux yeux de tous les Européens lettrés ce mouvement des Lumières. On pouvait diffuser le savoir le plus largement possible, et de ce fait, les êtres humains allaient être libérés. On allait accéder à un plus grand bonheur, à une plus grande lucidité aussi. Du reste, comme on le sait bien maintenant, certains des représentants des Lumières se sont mis tout de suite à critiquer cet accent placé exclusivement sur le rôle du savoir. Vous savez, Rousseau a une phrase mémorable dans l'Emile, qui dit : 'Nous pouvons être homme, sans être savants'."

"Si la volonté était le seul principe d'action, alors il n'y aurait aucunes limites... le peuple pourrait décider demain que les 'races inférieures doivent être exterminées', cela deviendrait une nécessité, ou que les vieux ne méritent plus de vivre, on les écarte, ou que les femmes soient soumises... il suffirait que la majorité décide de cela (...) Les hommes et les femmes des Lumières, eux-mêmes, ont donné des freins à cette volonté, et ces freins s'appellent d'une part l'universalité, et de l'autre, l'humanité." Tzvetan Todorov

Indexation web : Hélène Combis-Schlumberger

Références

L'équipe

Jean-Noël Jeanneney
Jean-Noël Jeanneney
Yaël Mandelbaum
Collaboration
Jeanne Guérout
Collaboration