Le vieil empereur François-Joseph Ier, empereur d'Autriche et roi de Hongrie.
Le vieil empereur François-Joseph Ier, empereur d'Autriche et roi de Hongrie.
Le vieil empereur François-Joseph Ier, empereur d'Autriche et roi de Hongrie.
Le vieil empereur François-Joseph Ier, empereur d'Autriche et roi de Hongrie.
Publicité

Parmi tous les sujets d’inquiétude qui peuvent tarauder les Européens, par les temps qui courent, le feuilleton interminable de l’élection du président de la République autrichienne s’est installé, depuis mai dernier, en bonne place. Il s’en est en effet fallu d’un cheveu que ...

Avec
  • Catherine Horel Historienne, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Europe centrale

Parmi tous les sujets d’inquiétude qui peuvent tarauder les Européens, par les temps qui courent, le feuilleton interminable de l’élection du président de la République autrichienne s’est installé, depuis mai dernier, en bonne place. Il s’en est en effet fallu d’un cheveu que, pour la première fois dans l’Union, soit élu au suffrage universel un chef de l’Etat appartenant à un parti d’extrême droite. Le candidat écologiste l’a finalement emporté avec seulement trente mille voix d’avance, puis le scrutin a été annulé pour diverses irrégularités et d’autres mécomptes viennent encore de repousser la date de celui qui était prévu, laissant pleinement ouverte l’éventualité d’un succès final du champion populiste d’abord défait de justesse. Dans le même temps, en Hongrie, le gouvernement de Victor Orban fonde l’autorité de son régime sur le démantèlement de tous les contre-pouvoirs, sur l’affirmation d’une identité nationale définie violemment contre toute immigration, et sur la convocation impérieuse d’une histoire mythifiée au service de son emprise sur son pays. On ne peut qu’être sensible au parallélisme de ces deux évolutions et porté à rechercher dans le passé si l’on est à même de lui trouver des causes de longue durée du côté de l’empire austro-hongrois qui était fondé jusqu’à son effondrement en 1918 sur la connivence de ces deux composantes, aux dépens des autres nationalités qui s’en trouvaient exclues. Puissance d’une nostalgie, racine d’une frustration, ressort d’une agressivité, nous allons nous en mettre en quête avec Catherine Horel, directrice de recherche au CNRS et depuis peu secrétaire générale du Comité international des sciences historiques. Catherine Horel, éminente spécialiste de Cette Europe qu’on dit centrale : c’est le titre de l’un des livres importants qu’elle a offert à notre curiosité démocratique et à notre anxiété. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore :

Publicité

- Chanson viennoise de 1916 : « In Wien gibt’s manch winziges Gasserl » de Kurt Robitschek (texte) et Robert Stolz (musique), interprétée ici par Greta Keller en 1935.

- Extrait du film « Sissi impératrice » d’Ernst Marischka, sorti en 1956, avec Romy Schneider et Karlheinz Böhm.

- Lecture d’un extrait du Monde d’hier, souvenirs d’un Européen de Stefan Zweig (publié en 1944), par Claude Dominique dans l’émission « Le passé singulier » sur France Inter, le 7 novembre 1984.

- Témoignage d’une femme d’origine viennoise, sur Vienne au lendemain de la Première Guerre mondiale, extrait des « Nuits magnétiques » de Jean Daive, sur France culture, le 25 décembre 1978.

- Correspondance de Vienne à propos du chancelier autrichien Kurt von Schuschnigg qui vient de refuser l’Anschluss, le 24 février 1938.

- Extrait d’un documentaire de 1956 consacré aux événements de Hongrie, intitulé « Une Nation dans la tourmente », suivi de la lecture par François Mauriac de l’appel des insurgés hongrois du 4 novembre 1956.

Bibliographie :

- Catherine Horel, Cette Europe qu’on dit centrale. Des Habsbourg à l’intégration européenne, Beauchesne, 2009.

- Catherine Horel, L’amiral Horthy. Régent de Hongrie, Perrin, 2014.

- Jean Bérenger, Histoire de l’empire des Habsbourg, 1273-1918, Fayard, 1990.

- Jean-Paul Bled, François-Joseph, Fayard, 1987.

L'équipe

Jean-Noël Jeanneney
Jean-Noël Jeanneney
Jeanne Guérout
Collaboration
Patrick Molinier
Réalisation
Nathalie Lempereur
Collaboration