Portrait de Benjamin Constant (1767-1830), vers 1810-1815. Collection du Musée Carnavalet. Artiste Anonyme. ©Getty - Photo by by Fine Art Images/Heritage Images via Getty Images
Portrait de Benjamin Constant (1767-1830), vers 1810-1815. Collection du Musée Carnavalet. Artiste Anonyme. ©Getty - Photo by by Fine Art Images/Heritage Images via Getty Images
Portrait de Benjamin Constant (1767-1830), vers 1810-1815. Collection du Musée Carnavalet. Artiste Anonyme. ©Getty - Photo by by Fine Art Images/Heritage Images via Getty Images
Publicité
Résumé

Liberté de la presse, liberté religieuse, diversité culturelle, affranchissement des esclaves... Benjamin Constant a été un combattant inlassable de « la liberté en tout ». Léonard Burnand retrace le parcours de cet apôtre de la modération contre les extrêmes, grand orateur adulé de le jeunesse.

avec :

Léonard Burnand (Professeur à l'université de Lausanne).

En savoir plus

Les manuels de littérature française qui ont formé les générations de l’après-guerre faisaient encore sa place au roman de Benjamin Constant qui s’intitule Adolphe. Un livre rédigé sous l’Empire et publié sous la Restauration, qui était défini pour nous comme préromantique et par lequel bien des adolescents ont accédé alors à cet auteur.

La trace d’Adolphe semble s’être aujourd’hui quelque peu effacée, mais c’est au profit d’une attention plus grande portée à la pensée et à l’action politiques de Benjamin Constant, qui retrouvent en notre temps un écho singulier.

Publicité

Pour en parler

Nous allons tâcher de démontrer cette vitalité et cette actualité avec l’aide de Léonard Burnand, doyen de la Faculté des lettres de l’université de Lausanne, qui vient de nous donner une très belle biographie du personnage. Ce livre nous restitue avec brio un contraste remarquable entre une faiblesse de caractère dont Benjamin Constant s’est lui-même abondamment taxé, du côté de sa vie privée, en particulier au fil de ses amours tumultueuses avec madame de Staël, et une admirable fermeté de doctrine qui l’a installé en son temps, non sans risque, comme un magnifique paladin de toutes les libertés.

À telle enseigne que ses multiples interventions, au temps de Napoléon comme sous Louis XVIII et Charles X nous parlent encore. Car, en traversant tous les orages de son époque, il s’est saisi de la question toujours lancinante des constructions institutionnelles et des équilibres sociaux qui sont les mieux à même d’assurer, pour les individus et pour les peuples, ces libertés toujours si fragiles. Au premier chef la liberté de la presse, la liberté religieuse, la diversité culturelle, l’affranchissement des esclaves.

Ces combats, il les mena avec une acuité d’intelligence qui justifie que Chateaubriand l’ait défini un jour comme « l’homme qui a eu le plus d’esprit après Voltaire ».

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Dans notre générique : extrait d'un texte de Benjamin Constant sur la liberté (paru dans Mélanges de littérature et de politique, publié en 1829), lu par Paul Dupont dans l'émission "Anniversaire" d'Arlette Dupont sur France culture, le 21 novembre 1967.
  • Second extrait du roman Adolphe (1816) de Benjamin Constant (description de son père) , lu par Jean Debucourt (sociétaire de la Comédie française), diffusée dans « Lecture du soir » sur la RTF, le 8 juin 1955.
  • Extrait du roman Adolphe (publié en 1816) de Benjamin Constant, lu par Jean Debucourt (sociétaire de la Comédie française), diffusée dans « Lecture du soir » sur la RTF, le 8 juin 1955.
  • Extrait des Principes de politique (1806) de Benjamin Constant (chapitre 1 "De la souveraineté du peuple"), lu par Louis Arbessier, dans « Heure de culture française » de Jean Bloch-Michel, sur la RTF, le 4 juillet 1958.
  • Article de Benjamin Constant publié dans le Journal des débats le 19 mars 1815, lu par Louis Arbessier, diffusé dans « Heure de culture française » de Jean Bloch-Michel, sur la RTF, le 20 juin 1958.
  • Lettre de Napoléon datée d'avril 1815 adressée à Benjamin Constant, lue par Georges Claisse dans "Les nouveaux chemins de la connaissance" d'Adèle van Reeth et Philippe Petit, sur France Culture, le 15 octobre 2012.
  • Chanson "La Girouette", datée de 1815, auteur anonyme, dédiée à Benjamin Constant, interprétée ici par Jean-Christophe Benoît en 1960.
  • Extrait du roman Adolphe (publié en 1816) de Benjamin Constant , lu par Jean Debucourt (sociétaire de la Comédie française), diffusée dans « Lecture du soir » sur la RTF, le 10 juin 1955.
  • Fin du discours de Benjamin Constant à la Chambre des députés, prononcé le 5 avril 1822, lu par Louis Arbessier dans « Heure de culture française » de Jean Bloch-Michel, sur la RTF, le 25 juillet 1958.

BIBLIOGRAPHIE

  • Léonard Burnand, Benjamin Constant, Perrin, 2022.
  • Léonard Burnand, Necker et l'option publique, Honoré Champion, 2004.
  • Léonard Burnand, Stéphanie Genand et Catriona Seth, Germaine de Staël et Benjamin Constant, l'esprit de liberté, Perrin/Fondation Martin Bodmer, 2017.
  • Michel Winock, Madame de Staël, Fayard, 2010.
29 min
59 min
%C3%80%20lire%20aussi : Relecture%20-%20Les%20%C3%A9crits%20politiques%20de%20Benjamin%20Constant%20(1%C3%A8re%20diffusion%20%3A%2012%2F12%2F1980)
%C3%80%20lire%20aussi : Relecture%20-%20Les%20%C3%A9crits%20politiques%20de%20Benjamin%20Constant%20(1%C3%A8re%20diffusion%20%3A%2012%2F12%2F1980)
%C3%80%20lire%20aussi : Relecture%20-%20Les%20%C3%A9crits%20politiques%20de%20Benjamin%20Constant%20(1%C3%A8re%20diffusion%20%3A%2012%2F12%2F1980)