Ecclésiastique embrassant un bras de femme noble, illustration du 18ème siècle
Ecclésiastique embrassant un bras de femme noble, illustration du 18ème siècle ©Getty
Ecclésiastique embrassant un bras de femme noble, illustration du 18ème siècle ©Getty
Ecclésiastique embrassant un bras de femme noble, illustration du 18ème siècle ©Getty
Publicité

Voué au célibat, le clergé de l'époque moderne a eu beaucoup de mal à se résigner à son vœu de chasteté. L'historienne Myriam Deniel-Ternant s'est penchée sur les frasques des gens d'Église en France du XVe au XVIIIe siècle.

Avec
  • Myriam Deniel-Ternant Professeure d'histoire en classe préparatoire à Cherbourg. Spécialiste de l'histoire religieuse, judiciaire, policière et du genre à l’époque moderne.

L’actualité est si forte que nous ne pouvions échapper ici, sous la lumière de la longue durée, à la question du défi qui s’est trouvé posé sans relâche à l’Église catholique par les dérives de la sexualité de ses serviteurs. Dès lors que, pour ceux-ci, l’institution a affirmé la chasteté comme un devoir du premier rang, elle était vouée à affronter dans ce domaine le regard de la société alentour, tout en s’interrogeant sans cesse elle-même sur les moyens de faire respecter son dictat. On repère constamment le double souci de châtier les manquements et d’en dissimuler les manifestations. 

Myriam Deniel-Ternant, professeure d'histoire en classes préparatoires à Cherbourg, signe un livre consacré à la période qui va du XVe au XVIIIe siècles en France et qu’elle a intitulé Une histoire érotique de l’Église, avec ce rude sous-titre : Quand les hommes de Dieu avaient le Diable au corps. En bonne chercheuse, elle a repéré les périls de sa quête : la difficulté d’accéder aux sources intérieures à l’institution (celles des pouvoirs temporels étant plus accessibles) et aussi le risque d’une représentativité excessive accordée à des faits qui s’imposent à l’attention avec une violence particulière. 

Publicité

La littérature qui se nourrit de ce sujet est d’une profusion impressionnante, révélatrice à la fois des scandales débusqués et des fantasmes qui prolifèrent. La clôture des couvents stimule toutes les imaginations. Quant aux prêtres séculiers, du haut en bas de la hiérarchie, le célibat qui leur est imposé est voué à susciter, chez leurs paroissiens, lorsque de fréquentes libertés sont prises avec sa loi, un mélange de réprobation et d’indulgence. Il renseigne sur une civilisation où l’imprégnation religieuse était d’une évidence qui nous est désormais étrangère.

Archives sonores

  • Extrait du conte de Jean de La Fontaine "Comment l'esprit vient aux filles", publié en 1674, lu par Jean-Claude Drouot en 2001.
  • Extrait de La Religieuse de Denis Diderot, publié en 1796, dans l'émission "Soirées littéraires de la Comédie française" sur France Culture, le 8 avril 1965.
  • Extrait de Thérèse Philosophe de Boyer d'Argens, publié en 1748, dans une adaptation diffusée sur France Culture le 23 novembre 1993.
  • Extrait du Génie du christianisme de René de Chateaubriand, publié en 1802, lu par Leïla Anvar, dans "Les racines du ciel" de Frédéric Lenoir, sur France Culture, le 9 mars 2010.
  • Chanson "Il court il court le furet".

Bibliographie

En savoir plus : L'Eglise et la sexualité
Concordance des temps
59 min

L'équipe

  • Jean-Noël Jeanneney
    Jean-Noël Jeanneney
    Production
  • Yaël Mandelbaum
    Réalisation
  • Jeanne Guérout
    Collaboration