Caricature de l’arbre de Cracovie représentant divers types peu probables, dont des nouvellistes sans partialité
Caricature de l’arbre de Cracovie représentant divers types peu probables, dont des nouvellistes sans partialité - auteur inconnu, XVIIIe siècle via Wikipédia
Caricature de l’arbre de Cracovie représentant divers types peu probables, dont des nouvellistes sans partialité - auteur inconnu, XVIIIe siècle via Wikipédia
Caricature de l’arbre de Cracovie représentant divers types peu probables, dont des nouvellistes sans partialité - auteur inconnu, XVIIIe siècle via Wikipédia
Publicité

Les "faits alternatifs" ne débutent pas avec Donald Trump et internet. Retour sur la longue histoire de la désinformation , avec le directeur des bibliothèque de Havard, Robert Darnton.

Avec
  • Robert Darnton Historien américain, spécialiste des Lumières et de l'histoire du livre sous l'ancien régime. Ancien directeur de la Harvard University Library.

Ce fut un grand moment – un moment mémorable en tout cas – dans l’histoire de la communication gouvernementale. Quelques jours après l’intronisation du président américain Donald Trump, sa conseillère Kellyanne Conway, contredite par la presse à propos du décompte de la foule présente à Washington ce jour là, qu’elle gonflait démesurément, expliqua froidement que ce chiffre était impossible à établir et parla, selon une formule immortelle, de « faits alternatifs ».  

59 min

"Fake news"

Certains commentateurs ironisèrent, observant qu’on serait entré dans une ère de, je cite, « post-vérité ». Mais naturellement des historiens surgirent aussitôt, conformément à leur habitude et à leur vocation, pour rappeler que les fake news, les fausses nouvelles délibérément propagées à des fins politiques, étaient aussi anciennes que le gouvernement des hommes. Dans le journal Le Monde, Robert Darnton a publié, le 21 février dernier, un article à ce sujet, illustrant la concordance des temps, article qui ne pouvait que me faire dresser l’oreille. Je l’ai donc aussitôt convié et je suis heureux que, se trouvant à Paris, il ait bien voulu, une nouvelle fois, venir à mon micro. Car il figure au premier rang de ces savants américains qui se sont attachés à notre passé national, au fil de travaux éclatants consacrés notamment à l’opinion publique, en France, au XVIIIe siècle.  

Publicité

Il a été Professeur à l’université de Princeton, puis à celle d’Harvard, et il a dirigé pendant plusieurs années la Bibliothèque Widener, l’une des plus grandes du monde, d’où il a lancé un vaste projet de numérisation de l’héritage culturel de l’Occident. Il est aujourd’hui membre à Paris de l’Institut d’études avancées. Vraiment, the right man in the right place, pour nous aider à considérer de remarquables échos du passé au présent quant à la genèse des fausses nouvelles, leurs circulations entravées ou irrépressibles et leurs conséquences politiques et morales dans l’équilibre des sociétés.

PROGRAMMATION SONORE

- Lecture d’un extrait de la correspondance de l’Arétin, lu par Jean-Luc DEBATISSE, dans « Une vie, une œuvre », sur France Culture, le 16 juillet 2000.

- Chanson « Sur Madame de Pompadour », écrite en 1749 par le comte de Maurepas et interprétée en 1959 par Paul BARRE.

- Chronique de Jean OBERLE dans « Paris vous parle », 19 janvier 1945.

- Chanson « C’est la rumeur publique » par Ray VENTURA et ses collégiens, en 1936.

- Hommage de Léon BLUM à Roger SALENGRO, 1936.

BIBLIOGRAPHIE

- Robert DARNTON, L’Affaire des quatorze. Poésie, police et réseaux de communication à Paris au XVIIIe siècle, Gallimard, 2014.

- Robert DARNTON, De la censure. Essai d’histoire comparée, Gallimard, 2014.

- Robert DARNTON, Le Diable dans un bénitier. L’art de la calomnie en France, 1650-1800, Gallimard, 2010.

- Marc BLOCH, Réflexions d'un historien sur les fausses nouvelles de guerre, Allia, 2012.