L'acteur américain Harold Lloyd suspendu à une horloge dans une scène du film "Safety Last !" ("Monte la-dessus!") Fred Newmeyer et Sam Taylor, 1923. ©Getty - Photo by American Stock Archive/Archive Photos/Getty Images
L'acteur américain Harold Lloyd suspendu à une horloge dans une scène du film "Safety Last !" ("Monte la-dessus!") Fred Newmeyer et Sam Taylor, 1923. ©Getty - Photo by American Stock Archive/Archive Photos/Getty Images
L'acteur américain Harold Lloyd suspendu à une horloge dans une scène du film "Safety Last !" ("Monte la-dessus!") Fred Newmeyer et Sam Taylor, 1923. ©Getty - Photo by American Stock Archive/Archive Photos/Getty Images
Publicité
Résumé

Il n'est rien de plus construit par l'homme que le découpage du temps, d'époque en époque et d'espace en espace. Maurice Sartre retrace l'histoire des calendriers et des divers moyens inventés pour découper et maîtriser la durée où s’inscrivent nos existences.

avec :

Maurice Sartre (Professeur émérite d’Histoire ancienne à l'Université de Tours, rédacteur en chef de la revue internationale Syria.).

En savoir plus

Comment l’homme mesure-t-il le temps qui passe, comment en scande-t-il le déroulement dans le quotidien de ses jours, comment en intitule-t-il les fractions ? Selon quelle logique ou selon quelle fantaisie ? Deux fois par an au moins, lors du passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver (et, bien sûr, réciproquement) nous y songeons par obligation et c’est le cas aussi lors des voyages au long cours qui nous font souffrir du décalage horaire.

Mais plus souvent nous sommes assez étourdis pour accorder à la définition de nos journées, nos semaines, nos mois, nos années la force d’une évidence. Un sentiment d’évidence qu’on secoue pourtant quand on prend conscience qu’il n’est rien de plus construit par l’homme que le découpage du temps, un découpage qui varie d’époque en époque et d’espace en espace. Pour cette dernière émission de notre vingt-quatrième saison, il m’a paru bienvenu de nous interroger sur ce rapport spécifique qui ne cesse pas de sous-tendre, sans qu’on s’en aperçoive toujours, nos relations avec le passé autant qu’avec le présent.

Publicité

Pour en parler

La compétence de Maurice Sartre, professeur émérite à l’Université de Tours, s’enracine au premier chef dans l’Antiquité, mais sa curiosité et son talent ne cessent pas de s’élargir bien au-delà, et jusqu’à nos jours. C’est une assez fabuleuse histoire, à parcourir avec lui, que celle des calendriers qui ont été définis d’âge en âge, tout comme celle des divers moyens qui ont été inventés pour découper et maîtriser la durée où s’inscrivent nos existences. Ces procédés n’ont jamais été neutres. Les religions, les pouvoirs temporels et les préoccupations économiques ont toujours pesé sur eux. Sans compter l’évolution des techniques que porte l’obsession d’une précision toujours plus grande, jusqu’à l’infinitésimal. Tel est notre sujet, ce matin, pour une heure. Mais au fond, pourquoi une heure ?

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Michel Piccoli lit "L'horloge", poème en prose de Charles Baudelaire (recueil Le Spleen de Paris, 1869), dans l'émission "Poésie-Comédiens" de Janine Antoine, sur France Culture, le 28 décembre 1985.
  • Lecture d'un extrait de l'épopée babylonienne racontant la création du monde et de l'univers (XIe siècle avant notre ère), diffusée dans "La matinée des autres" de Jacqueline Kelen, sur France Culture, le 10 juin 1980.
  • Chanson anonyme de 1793 "Le calendrier républicain".
  • Extrait d'un article paru dans le quotidien Les Échos de Paris le 24 mai 1910, lu par Philippe Laudenbach dans "La marche de l'histoire" d'Aurélie Luneau sur France Culture, le 3 mars 2011.
  • Interview de Marcel Laporte (connu sous le pseudo Radiolo), premier "speaker" de la radio en France et voix de l'horloge parlante, interrogé par Guy Delamotte, dans l'émission "La vedette inattendue" sur France Inter, le 2 août 1957.
  • Chanson de générique de fin : "L'horloger" de Frédéric Minvielle (album "La vie d'ici bas", 2007).

BIBLIOGRAPHIE

  • "L'invention du temps", numéro du magazine L'Histoire, juillet-août 2022, n°497-498.
  • Maurice Sartre, Histoires grecques, Seuil, 2006.
  • Maurice Sartre, Le bateau de Palmyre. Quand les mondes anciens se rencontraient, Tallandier, 2021.
  • Maurice Sartre, Cléopâtre. Un rêve de puissance, Tallandier, 2019.
58 min
58 min
58 min
Références

L'équipe

Yaël Mandelbaum
Réalisation
Jeanne Guérout
Collaboration