1er octobre 1939 : l'infanterie finlandaise à skis, les fameuses "troupes fantômes", qui infligent de lourdes pertes aux Russes. ©Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images
1er octobre 1939 : l'infanterie finlandaise à skis, les fameuses "troupes fantômes", qui infligent de lourdes pertes aux Russes. ©Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images
1er octobre 1939 : l'infanterie finlandaise à skis, les fameuses "troupes fantômes", qui infligent de lourdes pertes aux Russes. ©Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images
Publicité
Résumé

L'invasion de l'Ukraine ravive le souvenir de conflits passés entre la Finlande et la Russie. Retour ce matin, en compagnie d'Alexandre Sumpf, sur l'histoire de la Finlande et sur les ressorts de sa survie parmi la jungle internationale.

avec :

Alexandre Sumpf (historien.).

En savoir plus

La Finlande partage avec la Russie voisine près de mille-trois-cent-cinquante kilomètres de frontière terrestre, presque autant que l'Ukraine. Une frontière qui n’est pas dessinée selon des obstacles physiques bien déterminés. Une frontière que l’Histoire a fait souvent bouger. Une frontière qui sépare aujourd’hui un pays fort de cent quarante-six millions d’habitants et un autre qui n’en compte que cinq millions et demi. Une frontière vers laquelle la guerre d’Ukraine vient soudain puissamment attirer l’attention dès lors que, pour l’instant au moins, la Finlande ne fait pas partie d’une OTAN qui devrait lui assurer automatiquement la protection américaine.

Le flux des personnes et des marchandises qui la franchissent prend dès lors, depuis le 24 février dernier, une coloration spécifique, d’un point de vue à la fois concret et symbolique. L’occasion s’offre ainsi de constater qu’en s’attachant à l’histoire de cette ligne de séparation, dans des siècles anciens comme dans des temps plus récents, de guerre en guerre, de traités en traités, on peut faire resurgir, au profit des analyses et des lucidités contemporaines, les éléments constitutifs d’un peuple original. Car la géographie mouvante de la Finlande et de ses limites a grandement contribué à forger ses traits propres, au plus près de la nature, et les ressorts de sa survie parmi la jungle internationale. De sa neutralité, dans son espace, elle a fait souvent une force. Sans échapper à la guerre, trop souvent, elle n’a jamais durablement plié.

Publicité

Pour en parler

Alexandre Sumpf est maître de conférences à l’Université de Strasbourg. Il a beaucoup travaillé et publié sur la Russie jadis et naguère et il est donc voué à s’intéresser de près à ses marges.

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Reportage "La Finlande, l'autre pays du bonheur" de Marie-Pierre Vérot, dans Le 6/9 de l'été, sur France Inter, le 2 juillet 2019.
  • Reportage de Dominique Birman de Relles sur le 40ème anniversaire de l'indépendance de la Finlande (1917), diffusé dans "Paris vous parle", sur Paris Inter, le 6 décembre 1957.
  • Interview de Alim Samir Khanov, ancien soldat soviétique, puis de Ermeï Khaninen, ancien chef d’état-major finlandais, sur la Guerre d'Hiver (1939-1940), extraits du documentaire "La Guerre d'Hiver en Finlande" d'Alexis Ipatovtsev, réalisé par Christine Robert, diffusé dans "La Fabrique de l'Histoire" d'Emmanuel Laurentin sur France Culture, le 3 avril 2000.
  • Extrait des Actualités mondiales ("La guerre à l'Est : prise de Petroskoj"), diffusées le 7 novembre 1941.
  • Extraits du reportage "Cinq colonnes à la Une" intitulé "La Finlande, entre l'arbre et l'écorce" de Roger Louis, diffusé sur la 1ere chaîne, le 1er décembre 1961.
  • Extrait de l'allocution du Général de Gaulle prononcée lors de la visite à Paris du président finlandais Urho Kekkonen, diffusée sur Paris Inter, le 24 octobre 1962.

BIBLIORGAPHIE

  • Alexandre Sumpf, Étienne Peyrat (dir.), La Russie et l'URSS du milieu du XIXe siècle à 1989, Atlande, 2021.
  • Alexandre Sumpf,  1917. La Russie et les Russes en révolutions , Perrin, 2017.
  • Alexandre Sumpf, Raspoutine , Perrin, 2016.
  • Alexandre Sumpf, De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l'Union soviétique, Gallimard, Folio, 2013.
58 min