Ouvrages de Jean-Baptiste Botul - Fayard - Mille et une nuits
Ouvrages de Jean-Baptiste Botul - Fayard - Mille et une nuits
Ouvrages de Jean-Baptiste Botul - Fayard - Mille et une nuits
Publicité
Résumé

Bernard-Henri Levy s’est trouvé mystifié en faisant référence dans l'un de ses livres à l’œuvre d’un certain Jean-Baptiste Botul. Mais le philosophe n’est pas le premier à avoir été victime de pareil canular. L'évocation de quelques précédents révèle les fragilités du monde des lettres...

avec :

Laurent Theis (Historien, éditeur et critique. Il a notamment publié François Guizot (Fayard, 2008) et Robert le Pieux : le roi de l'an mil (Perrin, 2008).).

En savoir plus

Bernard-Henri Levy, philosophe contemporain fort influent, fort médiatique, fort écouté, fort guetté, fort jalousé, s’est trouvé mystifié lorsque dans l'un de ses livres, il a cité comme véridique l’œuvre d’un certain Jean-Baptiste Botul.

Ce Botul était supposé l’auteur d’une série de conférences proposées aux néo-kantiens du Paraguay et démontrant que Kant était « un faux abstrait dont l’œuvre traduisait secrètement une volonté de contenir les affres d’une vie et même une folie souterraine ». Il s’agissait en fait, et chacun l’a su, d’une mystification. Botul, auteur prétendu d’Une vie sexuelle d’Emmanuel Kant n’ayant existé que dans l’imagination fertile et savante de Frédéric Pagès, agrégé de philosophie et aussi, c’est compatible, journaliste au Canard enchaîné. Celui-ci avait d’ailleurs fait signer à Botul d’autres ouvrages, notamment La métaphysique du mou et Landru, précurseur du féminisme

Publicité

Bernard-Henri Lévy, qui s’est montré beau joueur en s’écriant « Salut l’artiste ! » n’est ni le premier ni le dernier à avoir été la victime de pareil canular. Et l’évocation des précédents n’est pas seulement réjouissante, pour qui a le goût du cocasse qui fait bouger les lignes, elle peut être révélatrice des fragilités et des faux-semblants du monde des lettres et de la politique de génération en génération. 

Pour évoquer ces affaires de canulars littéraires, Jean-Noël Jeanneney s'entretient avec l'historien Laurent Theis.

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Docu-fiction sur la disparition de la Belgique proposé par la RTBF, diffusé le 14 décembre 2006.
  • Canular téléphonique de Francis BLANCHE, début des années 1970.
  • Interview par Pierre DAC du beau-frère d’Adolf Hitler sur les bords du lac de Constance, 1945.
  • Témoignage de Nicolas Bataille (pasticheur), extrait de l’émission « Profils perdus », sur France culture, février 1988.
  • Disparition de la critique littéraire Louise Lalanne en 1909, extrait d’une émission d’Alain Trutat sur France culture, diffusée le 16 mars 1950.
  • Pièce inédite de Molière, « Le docteur amoureux », pastiche littéraire, archive du 12 mai 1957.  
  • Boris Vian, à propos de son roman noir J’irai cracher sur vos tombes, signé Vernon Sullivan (1946), enregistré peu de temps avant sa mort.  

BIBLIOGRAPHIE

  • De main de maître, L'artiste et le faux, actes de colloque, Hazan et Louvres éditions, 2009.
  • Jean-François Jeandillou, Supercheries littéraires. La vie et l'oeuvre des auteurs supposés, Chiron, 1989.
  • Philippe Di Folco, Les grandes impostures littéraires, Écriture, 2006.

Cette émission a été diffusée pour la première fois le 20 mars 2010

1h 00
À réécouter : Un canular littéraire
28 min
Références

L'équipe

Jean-Noël Jeanneney
Jean-Noël Jeanneney
Jeanne Guérout
Collaboration
Yaël Mandelbaum
Réalisation