Portrait de Louise Michel, pris à la prison des Chantiers de Versailles. Le carton porte l'inscription « Louise Michel chef des incendiaires ».
Portrait de Louise Michel, pris à la prison des Chantiers de Versailles. Le carton porte l'inscription « Louise Michel chef des incendiaires ».
Portrait de Louise Michel, pris à la prison des Chantiers de Versailles. Le carton porte l'inscription « Louise Michel chef des incendiaires ».
Portrait de Louise Michel, pris à la prison des Chantiers de Versailles. Le carton porte l'inscription « Louise Michel chef des incendiaires ».
Publicité

Connaît-on vraiment Louise Michel ? Celle que l'on surnomma la "Vierge rouge" est aujourd'hui comme hier un objet de fascination. Claude Rétat restitue la vie et l'oeuvre de cette militante et écrivaine infatigable.

Avec

La figure de Louise Michel fut marquée, au long de la seconde moitié du XIXe siècle, par toutes les énergies du courage, au service d’une aspiration vouée à ne jamais disparaître : l’émergence d’un monde nouveau libre des iniquités sociales.

Son opposition au Second Empire fut ardente et son rôle au cœur de la Commune de Paris lui valut sa première notoriété flamboyante, entre les admirations et les haines. Sa longue déportation en Nouvelle Calédonie lui donna l’occasion de nouvelles batailles en faveur d’un peuple colonisé et, après son retour, elle rejoignit les ardeurs du mouvement anarchiste.

Publicité

Pour en parler

Claude Rétat, directrice de recherches au CNRS, l’a beaucoup éclairée et s’est attachée notamment à restituer la richesse des écrits que Louise Michel a laissés derrière elle.

Car cette militante infatigable fut écrivaine et souhaita se vouer aussi au roman et à la poésie. Quand bien même on se garde de la sanctifier en omettant ses erreurs et ses illusions, on ne peut qu’être impressionné par une énergie, qui demeure, avec le recul, saisissante. On songe à cette formule d’elle qu’a relevée Michèle Perrot à bon escient: « Je rêvais tout et j’étais avide de tout : poésie, musique, dessin ; mais avec bonheur j’ai tout jeté en tribut d’amour à la Révolution à laquelle je me suis livrée. L’idéal réel de l’avenir se dévoilant toujours davantage m’a prise et gardée toute entière ».

ARCHIVES DIFFUSÉES

  • Dans notre générique : itv de l'artiste montmartrois Platon qui a connu Louise Michel, 1964.
  • Chanson "Louise Michel" de Jules Jouy (1888), par Simone Bartel en 1971.
  • Lettre de Louise Michel à Victor Hugo (écrite en prison), lue par Anne Canovas, sur France Culture, le 28 mai 2001.
  • Poème "Viro Major" de Victor Hugo (écrit en 1871, publié en 1888), adressé à Louise Michel, lu par Michel Piccoli en 2008.
  • Lettre adressée à Louise Michel à propos de ses tournées de conférences (1903-1904), lue par François Chaix, sur France Culture, le 8 juin 2001.

BIBLIOGRAPHIE

  • Claude Rétat, L’Anarchie au prétoire – Vienne, 1er mai 1890. Une insurrection et ses juges, Essai, Bleu autour, 2022.
  • Louise Michel, Mémoires, 1886 , édition établie, présentée et annotée par Claude Rétat, Gallimard, « Folio », 2021.
  • Claude Rétat, Art vaincra! Louise Michel, l’artiste en révolution et le dégoût du politique, Essai, Bleu autour, 2019.
  • La Révolution en contant**, Histoires, contes et légendes de Louise Michel, édition et présentation par Claude Rétat**, Bleu autour, 2019.
  • Louise Michel, La Chasse aux loups, édition critique par Claude Rétat, Classiques Garnier, 2015.
  • Louise Michel, La Commune, nouvelle édition par Éric Fournier et Claude Rétat, La Découverte, 2015 (rééd. régulières).
  • Quentin Deluermoz, « Louise Michel ou la lutte sans fin », in : Michel Winock, dir., Les Figures de proue de la gauche depuis 1789, Perrin, 2019, p.179.
59 min

L'équipe

Jean-Noël Jeanneney
Jean-Noël Jeanneney
Jean-Noël Jeanneney
Jean-Noël Jeanneney
Jeanne Guérout
Collaboration
Yaël Mandelbaum
Collaboration