exposition dans la maison natale de Christian Dior à Granville en 2005
exposition dans la maison natale de Christian Dior à Granville en 2005
exposition dans la maison natale de Christian Dior à Granville en 2005 ©AFP - MYCHELE DANIAU
exposition dans la maison natale de Christian Dior à Granville en 2005 ©AFP - MYCHELE DANIAU
exposition dans la maison natale de Christian Dior à Granville en 2005 ©AFP - MYCHELE DANIAU
Publicité
Résumé

La représentation de la femme, son rôle, son statut sont directement présents dans ses allures et dans son maintien, au cœur des sensibilités collectives. Entre pudeur et érotisme, entre fluidité et géométrie, entre contrainte et liberté, l’histoire de la robe informe au delà d'elle-même.

avec :

Georges Vigarello (Historien, philosophe et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)).

En savoir plus

Voici quelques mois, le Musée des arts décoratifs, à Paris, a présenté une exposition intitulée : « Tenue correcte exigée » et sous-titrée « Quand le vêtement fait scandale ». Parmi les quatre cents vêtements et accessoires présentés figurait une robe portant de larges fleurs bleues. On aurait pu s’en étonner si on ne savait pas qu’elle avait été portée au Palais Bourbon par Cécile Duflot, membre à l’époque du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, en juillet 2012, lors d’une séance des questions des députés . Et que cette robe d’été aurait suscité, au moment où la ministre prenait la parole, une bronca parmi les costumes sombres alignés sur les rangs de l’UMP, du côté de la droite.  L’épisode de ce comportement, qui en avait sidéré plus d’un, et plus d’une, m’est revenu en mémoire lorsque j’ai découvert le dernier livre de Georges Vigarello, grand historien du corps et des sentiments, intitulé La Robe. Une histoire culturelle du Moyen-Âge à aujourd’hui, magnifiquement illustré et rigoureusement pensé. Rien de moins futile, je vous l’assure, que cette thématique que nous allons aborder ce matin. Philippe Soupault s’écriait un jour : « A qui fera-t-on croire que l’esthétique féminine n’est pas un des symptômes les plus marquants de l’évolution de la civilisation ? » La représentation de la femme, son rôle, son statut sont directement présents dans ses allures et dans son maintien, au cœur des sensibilités collectives. L’histoire de la robe informe donc au-delà d’elle-même. Entre artifice et spontanéité, entre pudeur et érotisme, entre fluidité et géométrie, entre contrainte et liberté, se dessine un long chemin que je l’ai goût de parcourir avec Georges Vigarello ce matin, et avec vous tous qui voulez bien nous êtres fidèles. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore : 

Publicité

- Chanson « Une robe valsait » d’Henri Contet (parole) et Virgilio Panzuti (musique), interprétée en 1953 par Yvette Giraud.

- Chanson « Le Corset » de Claude Arrieu et Louise de Vilmorin, interprétée en 1957 par Denise Benoît.

- Extrait du Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier (publié entre 1782 et 1788), lu par Bernard-Pierre Donnadieu dans l’émission « Les Chemins de la connaissance de Lise Andries le 15 novembre 1994 sur France culture.

- Poème « A une robe rose » de Théophile Gautier (1838), lu par René Clermont dans l’émission « Littérature » le 30 novembre 1972 sur France culture.

- Interview de Christian Dior par Lise Elina le 3 août 1954.

Bibliographie : 

- Georges Vigarello, La Robe. Une histoire culturelle du Moyen-Âge à aujourd’hui, Seuil, 2017.

- Georges Vigarello, Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, Seuil, 2014.

- Georges Vigarello, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Seuil, Poche, 2014.

- Christine Bard, Une histoire politique du pantalon, Seuil, 2010.

- François Boucher, Histoire du costume en Occident, Flammarion, rééd. 2008.

- Philippe Perrot, Les dessus et les dessous de la bourgeoisie. Une histoire du vêtement au XIXe siècle, Fayard, 1981.