Après sept décennies qui ont marqué l'histoire de l'automobile, le constructeur allemand a fabriqué mercredi son tout dernier exemplaire au Mexique
Après sept décennies qui ont marqué l'histoire de l'automobile, le constructeur allemand a fabriqué mercredi son tout dernier exemplaire au Mexique
Après sept décennies qui ont marqué l'histoire de l'automobile, le constructeur allemand a fabriqué mercredi son tout dernier exemplaire au Mexique ©Getty -  ullstein bild Dtl.
Après sept décennies qui ont marqué l'histoire de l'automobile, le constructeur allemand a fabriqué mercredi son tout dernier exemplaire au Mexique ©Getty - ullstein bild Dtl.
Après sept décennies qui ont marqué l'histoire de l'automobile, le constructeur allemand a fabriqué mercredi son tout dernier exemplaire au Mexique ©Getty - ullstein bild Dtl.
Publicité
Résumé

Volkswagen, autrement dit « la voiture du peuple », incarne en Allemagne le maximum d’une fierté nationale et une réussite industrielle qui l’a portée en tête de toutes les sociétés concurrentes par le nombre de ses ventes. Retour sur la naissance d'une légende.

avec :

Hélène Miard-Delacroix (Professeure d'histoire et de civilisation de l'Allemagne contemporaine à Sorbonne Université).

En savoir plus

Volkswagen : de la puissance à l’arrogance et de l’arrogance à la pénitence. Voilà bien, dans notre actualité immédiate, un séisme industriel propre à laisser pantois. On s’est frotté les yeux quand on a lu que la firme allemande avait équipé dans le monde entier depuis un long moment onze millions de ses véhicules à moteur diesel d’un logiciel permettant de truquer les résultats des tests d’émission de gaz polluant. L’intensité de la stupéfaction, dans la presse et dans l’opinion, ne s’explique pas seulement par la dimension objective du scandale, dans la durée, elle résulte aussi de données historiques et sociologiques. Volkswagen, autrement dit « la voiture du peuple », incarne en Allemagne le maximum d’une fierté nationale et une réussite industrielle qui l’a portée en tête de toutes les sociétés concurrentes par le nombre de ses ventes. Or, il advient qu’elle est convaincue soudain d’avoir violé deux principes qui sont très chers outre-Rhin : le respect des normes juridiques et le respect de l’environnement. Et c’est dans ces conditions que resurgissent avec une force irrésistible les composantes anciennes d’une légende qui a été profondément ambivalente depuis le nazisme des années 1930 et que nous allons éclairer ce matin avec le concours avisé d’Hélène Miard-Delacroix , professeur d’histoire et de civilisation de l’Allemagne contemporaine. Jean-Noël Jeanneney

Programmation sonore : 

Publicité

- Interview d’un allemand, inconditionnel de Volkswagen , propos recueilli par Stéphane Lagarde, diffusé dans « Accents d’Europe » sur RFI, le 30 décembre 1999.

- Extrait d’un discours d’Hitler  prononcé en février 1935.

- Extrait du documentaire « Des autos et des hommes » , diffusé sur TF1 le 1er décembre 1976.

- Publicité de 1949 pour Volkswagen ,diffusée dans les cinémas en Allemagne.

- Chanson britannique « The Volkswagen Song »  de Jill Adamson et Mary Elaine, 1964.

- Correspondance de Lise Jolly à Berlin, sur le procès Porsche , diffusée dans Inter-Soir, le 13 octobre 1999.

Bibliographie : 

- Hélène Miard-Delacroix, Willy Brandt  , Fayard, 2013.

- Hélène Miard-Delacroix, Le défi européen. Histoire franco-allemande de 1963 à nos jours  , Presses universitaires du Septentrion, 2011.

- André Gunthert, « La voiture du peuple des seigneurs. Naissance de la Volkswagen » , in : Vingtième Siècle. Revue d’histoire , vol.15, 1987.

- Gilbert Krebs et Gérard Schneilein (dir.), Etat et société en Allemagne sous le IIIe Reich  , Université de la Sorbonne Nouvelle, 1997.

- Alain Lattard, Histoire de la société allemande au XXe siècle  , La Découverte, Repères, 2011.

- Louis Dupeux, Histoire culturelle de l’Allemagne 1919-1960  , Presses universitaires de France, 1989.