Pour l'astrophysicien Hubert Reeves, "la disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces." ©Getty - 	DEA / G. NEGRI
Pour l'astrophysicien Hubert Reeves, "la disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces." ©Getty - DEA / G. NEGRI
Pour l'astrophysicien Hubert Reeves, "la disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces." ©Getty - DEA / G. NEGRI
Publicité
Résumé

Animal certes peu ragoutant avec ses airs de serpent gluant, la communauté lombricienne représente à elle seule la première biomasse animale terrestre. Nuit et jour ils travaillent sans relâche à brasser, retourner, fertiliser et labourer notre terre nourricière.

avec :

Marcel Bouché (agronome).

En savoir plus

On connaît bien, aujourd’hui, l’importance essentielle à la vie du rôle des insectes pollinisateurs. On sait peu que Charles Darwin a décrit, l’activité des vers de terre dans nos milieux. Les vers de terre ou lombriciens connaissent 7 000 espèces dont 400 en France. Ils rendent, eux aussi, dans l’intimité des sols, d’inestimables services à la Terre. Et cela au sens propre du terme.

58 min

Ainsi, ce sont des centaines de tonnes de terre à l’hectare qui, chaque année passent par le tube digestif de ces animaux. Ce travail assidu du sol permet de l’aérer, d’en améliorer la structure par le mélange intime des minéraux et de la matière organique, et de recycler des quantités considérables de carbone, d’azote, pour féconder des sols ainsi naturellement dotés de fertilité. Connaître et comprendre les lombriciens, ces animaux rustiques mais si sophistiqués, peut nous aider à mieux évaluer et valoriser tout ce que la nature met à notre disposition.

Publicité
58 min
Références

L'équipe

Brigitte Masson
Collaboration
Dany Journo
Réalisation