Publicité
En savoir plus

Ce sont 12 millions d’animaux qui, par an et en Europe, sont utilisés dans les labos privés et publics à des fins de recherche. Que nous apprennent ces pratiques ? Sont-elles justifiables ?

Manifestation contre l'expérimentation animale à Vienne en 2012
Manifestation contre l'expérimentation animale à Vienne en 2012
© Reuters - Leonhard Foeger

Nous partageons l’ordinaire de nos vies avec les animaux. Par choix. Avec les chiens et les chats qui habitent nos maisons. De fait. Avec les insectes, les pigeons, les rats et même avec les renards qui résident dans certaines de nos villes. Peut-on oublier ceux que nous mangeons, ceux dont nous revêtons la peau ? Ceux-là rentrent dans le cadre d’une pratique à grande échelle. L’élevage industriel et son cortège d’abomination, de souffrance animale. Il existe, enfin, un autre univers : celui des animaux exploités. Celui sur lesquels sont testés les produits d’entretien, les cosmétiques et les médicaments qui nous soignent. C’est le monde de l’expérimentation animale. Les chiffres qui la concernent sont comme vertigineux. Ce sont 12 millions d’animaux qui, par an et en Europe, sont utilisés dans les labos privés et publics à des fins de recherche. 2,2 millions le sont en France. C’est cette expérimentation animale que nous interrogeons aujourd’hui. Que nous apprennent ces pratiques ? Sont-elles justifiables ? Justes ? Est-il possible, par d’autres méthodes, d’en faire l’économie ? Nos poussons notre enquête dans le cadre général suivant : pourquoi la reconnaissance, par le droit, du caractère sensible des animaux provoque-t-elle de tels débats ?

Publicité
Florence Burgat
Florence Burgat
© Radio France - Ivy Paolantonacci
François Busquet
François Busquet
© Radio France

Musiques :

  1. "Girl From The North Country" de Bob Dylan (album "The Freewheelin' Bob Dylan")
  2. "Hungarian Rhaspody n°2" par Eugen Cicero (album "Swinging the Classics on MPS")
Références

L'équipe

Henri Le Blanc
Collaboration
Dany Journo
Réalisation