Mannequin ©Maxppp - Rémi Meyer
Mannequin ©Maxppp - Rémi Meyer
Mannequin ©Maxppp - Rémi Meyer
Publicité
Résumé

Sa première rencontre avec un hologramme, c'est pour la vie et au-delà. Il en reste une mémoire vive, un relief permanent ancré en nous, un souvenir, un souvenir spectral, une profondeur, des formes, des images. Dans les années 70, des chercheurs se lancent dans la création d'hologrammes.

En savoir plus

Une création d'Aurélien Bertini, réalisation Lionel Quantin

Technique Bernard Lagnel

Publicité

Voix : Marguerite Bobey, Andréa Brusque

Compositions spectrales : Emmanuel Taron

Traduction : Dominique Martinez, Chloé Roger

>> Création à écouter au casque pour un effet de spatialisation 

Sa première rencontre avec un hologramme, c'est pour la vie et au-delà. Il en reste une mémoire vive, un relief permanent ancré en nous, un souvenir, un souvenir spectral, une profondeur, des formes, des images. Un souvenir d’ectoplasmes, d’objets mis en scènes, une lumière dans l’obscurité. Dans les années 70, des chercheurs bisontins,  principalement Claudine Bainier, Nicole Aebischer, Jean-Marc Fournier, Gilbert Tribillon ont participé  à  l’aventure holographique de ce monde, en créant des hologrammes uniques, par leurs dimensions, leur volume. Ils ont partagé ces expériences de création dans un lieu, le labo E à Besançon, dans la nuit, en lien avec le milieu de l’Art très souvent (celui de la mode avec « les mannequin »s, le musée du Louvre avec l’Hologramme de la Vénus de Milo, ou celui de l’artiste Paula Dawson « le Salon/there’s no place like home »…). Une œuvre holographique qui a été exposé dans le monde entier. Un laboratoire d’optique précurseur en réalité virtuelle.

Salon - There's no place like home
Salon - There's no place like home
© Maxppp - Ludovic Godard

Quelques années plus tard, Yves Gentet, ingénieur en physique des lasers a continué d’inventer, en créant une méthode d’hologrammes en couleurs très réaliste. il a su magnifier ces gestes, ce savoir-faire, ce goût pour l’expérimentation et réalise toujours des hologrammes dans son atelier d’art holographique à  Bordeaux

Venus de Milo
Venus de Milo
© Maxppp - Ludovic Godard

Des témoignages en 3 D du passé et un procédé « l’holomaton » relancé pour demain, qui saisit l’âme des  sujets. Des sculptures de lumière qui laissent une présence dans notre intérieur à jamais.

Avec

Jacques Clerc, ancien assistant de Pierre-Michel Duffieux (Professeur à Besançon et fondateur de la transformation de Fourier en Optique)

Claudine Bainier, Jean Marc Fournier et Gilbert Tribillion, anciens chercheurs au labo E d’optique de l’université de Franche-Comté

Luc Froehly, Remi Meyer, Maxime Jacquot, chercheurs à l’institut FEMTO ST de Besançon

Paula Dawson, artiste australienne   

Yves Gentet, ingénieur à  l’atelier d’art en  holographie de Bordeaux

Merci à la Mission arts et sciences et de l’Université de Franche-Comté

Références

L'équipe

Inès de Bruyn
Collaboration