Aimants souvenirs montrant le personnage de la bande dessinée argentine Mafalda en vente dans le célèbre quartier de La Boca, le 23 mars 2019 à Buenos Aires. ©Getty - David Silverman
Aimants souvenirs montrant le personnage de la bande dessinée argentine Mafalda en vente dans le célèbre quartier de La Boca, le 23 mars 2019 à Buenos Aires. ©Getty - David Silverman
Aimants souvenirs montrant le personnage de la bande dessinée argentine Mafalda en vente dans le célèbre quartier de La Boca, le 23 mars 2019 à Buenos Aires. ©Getty - David Silverman
Publicité
Résumé

Avec sa tignasse brune et sa robe courte, Mafalda est reconnaissable entre mille. Pourquoi les réflexions de cette gamine argentine des années 60 ont-elles interpellé différentes générations de lecteurs ? Quels messages politiques Quino distille-t-il dans ses strips ?

avec :

Delphine Peras (Journaliste à L'Express et à Lire), Marion Glénat (Éditrice chez Glénat), Claire Latxague (Enseignante chercheuse et éditrice).

En savoir plus
Mafalda - Intégrale, Quino
Mafalda - Intégrale, Quino
- Glénat

A longueur de strips, Mafalda interpelle les habitants de ce monde qu’elle observe du haut de sa mappemonde. Devenue une référence culturelle classique en Argentine, cette petite fille au regard aiguisé s’est faite la porte-voix de l’indignation. Paradoxalement, le personnage était initialement destiné à soutenir une campagne de publicité pour la marque d’électro-ménager Mansfield. Son créateur Quino - Joaquín Salvador Lavado Tejón de son vrai nom - avait alors imaginé une enfant de 6 ans et lui avait donné ces traits désormais si caractéristiques : un petit nez rond, deux points noirs pour les yeux, une tignasse brune retenue par un nœud, des soquettes sous une robe courte et enfin son prénom, Mafalda. L’annonce publicitaire ne voit jamais le jour mais, en 1964, le public argentin découvre pour la première fois les histoires de cette enfant de la classe moyenne de Buenos Aires, de sa famille et de ses amis dans le magazine Primera Plana. Les strips sont ensuite repris dans le journal El Mundo, passant alors de deux strips hebdomadaires à un strip par jour. Quino cesse de dessiner Mafalda en 1973, laissant alors à son personnage la guise de découvrir le monde au gré des traductions. En France, ce sont pas moins de 1,6 millions d'albums de Mafalda qui ont été écoulés depuis sa publication.

Mafalda - Intégrale, Quino
Mafalda - Intégrale, Quino
- Glénat

Héritière de Charlie Brown, le personnage créé par Charles M. Schulz pour son comic strip Peanuts, Mafalda cerne avec des yeux d’enfants les travers de la société. Issue de la classe moyenne de Buenos Aires, Mafalda se rêve à l’ONU et croit aussi fort à la paix dans le monde qu’elle aime les Beatles. A l’inverse, si elle déteste à ce point la soupe, c’est que ce plat populaire est utilisé par Quino comme une métaphore des militaires au pouvoir et de l’autoritarisme. Avec Mafalda, Quino a créé un personnage avant-gardiste, rêvant d’émancipation féminine et se montrant critique à l’égard de la situation de sa mère, femme au foyer. A travers la fantastique galerie de personnages secondaires qui accompagnent Mafalda, l’humoriste dépeint la société argentine au moyen de l’archétype. Nous retrouvons alors Susanita, qui rêve de fonder une famille et incarne les discours traditionnels, Manolito, chantre du capitalisme, ou encore Libertad, fervent défenseur des causes de gauche

Publicité
Mafalda - Intégrale, Quino
Mafalda - Intégrale, Quino
- Glénat

Mélanie Chalandon reçoit Delphine Peras, journaliste à l'Express, Marion Glénat, présidente des éditions Glénat et Claire Latxague , maitresse de conférence à l’Université Paul-Valéry Montpellier, fondatrice des éditions Insula et autrice d'une thèse sur Quino.

Le regard singulier de...

Sole Otero, autrice de bande-dessinée argentine

"Je pense que l'on peut définir le style de Quino comme « amargado », c’est-à-dire comme doux et amer à la fois. il y a une sorte de malaise, un manque d’espoir, une plainte. Et en même temps, ses personnages sont des enfants, chez qui il y a encore  une volonté de changer les choses. Il y a une sorte de tristesse, mais aussi une protestation qui sont typiques de la mentalité argentine. En Argentine, il y a beaucoup d'auteurs de bande-dessinée qui sont influencés par Quino au niveau du dessin, de la tonalité, du scénario, de la narration, comme c’est mon cas. Mais je pense aussi que Quino nous a marqué profondément, comme Piazzola, Maradona, et toutes ces grandes figures qui finissent par laisser une marque profonde, une façon d’être et une façon de ressentir les choses. Il y a un regard qui nous ramène toujours à lui."

Pour en savoir plus sur l'œuvre de Sole Otero, voir notamment sa BD Naphtaline, publiée aux éditions çà et là (2022).

Références

Références bibliographiques

Références sonores

  • Archive de Quino, France 24, 2014
  • Archive de Quino, interviewé par Joaquín Soler Serrano à la télévision espagnole TVE, 07 août 1977
  • Différents extraits d'une adaptation animée de Mafalda, Antenne 2, 1982
  • Archive de Greta Thunberg lors d’une intervention à l’ONU en septembre 2019 au cours de laquelle elle interpellait les dirigeants de la planète sur leur inaction face au changement climatique.

Références musicales

  • The Beatles, Good Day Sunshine
  • Mercedes Sosa, Gracias A La Vida

Pour aller plus loin

Et un grand merci à Arnaud Plançon pour ses recherches d'archives à l'INA.

Mafalda - Intégrale, Quino
Mafalda - Intégrale, Quino
- Glénat
Références

L'équipe

Jules Barbier
Collaboration
Benjamin Hû
Réalisation