"Euphoria" de Sam Levinson - Home Box Office, Inc.
"Euphoria" de Sam Levinson - Home Box Office, Inc.
"Euphoria" de Sam Levinson - Home Box Office, Inc.
Publicité
Résumé

"Euphoria" de Sam Levinson nous livre le portrait complexe d'un groupe d'adolescents californiens. Une série qui joue avec les codes du "teen-drama" entre drogue, sexe et poésie.

avec :

Fabien Demangeot (Critique, et enseignant de cinéma), Philippe Azoury (Journaliste, critique et auteur).

En savoir plus

Réinventer le genre de la série pour adolescents?

Euphoria découpe les adolescences comme des pièces détachées à travers une palette de personnages pris dans leur mal-être et leurs audaces. Reprenant et réinventant le genre du teendrama, Sam Levinson nous donne à voir les angoisses et les joies de l'adolescence à travers des sujets très actuels : grossophobie, harcèlement, consentement ou encore drogues. Le point de vue adopté est celui, lucide et désabusé, de la jeune Rue. Interprétée par Zendaya, connue à l'époque pour sa participation dans des programmes de Disney Channel, elle sort tout juste d'un été en rehab après une overdose. Aussitôt retombée dans l'addiction, elle retourne au lycée, ce monde hostile où il faut dominer, suivre ou s'effacer.

Prêtant sa voix à la narration, Rue permet au spectateur de faire connaissance avec toute une galerie de personnages : Nate (Jacob Elordi)- populaire, beau gosse et manipulateur - Kat (Barbie Ferreira), qui apprend à assumer ses formes, la pétillante Jules (Hunter Schafer), personnage trans dont Rue tombe amoureuse... Pour Philippe Azoury, plus qu'une série qui pale de l'adolescence, Euphoria "fait parler l'adolescence".

Publicité

Une adolescence meurtrie avant même d'exister. Le personnage de Rue en est l'exemple même : née après le 11 septembre, diagnostiquée très tôt pour des troubles qui l'obligent à prendre des pilules, coincée dans l'addiction jusqu'à l'overdose.. Pour Philippe Azoury, le scénario est fait de peu de péripéties et ne constitue pas le cour d'Euphoria, qui met davantage à l'honneur les sentiments et l'impression d'engloutissement.

Sexe, drogues et poésie

Entre érotisme et poésie, cynisme et violence, Euphoria montre de nombreuses scènes de nudité, autant masculine que féminine (dick pics et extraits de film pornographiques à l'appui). Dans de nombreuses scènes néanmoins, nous dit Fabien Demangeot, on sent surtout le regard masculin posé sur le corps des personnages féminins.

L'histoire d'amour mélancolique entre Rue et Jules constitue l'une des lignes narratives d'Euphoria. Pour Fabien Demangeot, la série semble nous dire que les histoires d'amour les plus sincères se passent de relations sexuelles.

Surtout, la beauté esthétique des scènes de fête et de drogue valent à cette série produite par Drake et adaptée d'une série israélienne (Euphoria de Ron Leshem, 2012) de sortir du lot. La musique de Labrinth finit de nous immerger dans ces paradis artificiels.

Euphoria, deux saisons, est disponible sur OCS.

27 min

A propos de nos deux invités :

Philippe Azoury est journaliste et critique de cinéma, auteur de l'article "La peau des adolescents - à propos d'Euphoria" (AOC, 2021).

Fabien Demangeot est docteur en lettres Modernes et en études cinématographiques, spécialiste d'Alain Robbe-Grillet et de David Cronenberg, enseignant, auteur de l'article "Euphoria, trouble dans le genre et sexualité adolescente" (Saison. La revue des séries, n°3, 2022, Classiques Garnier).

Extraits sonores :

  • Extraits de Euphoria de Sam Levinson (dont "I'm tired" de Labrinth, 2019)
Références

L'équipe

Romain de Becdelièvre
Romain de Becdelièvre
Laura Dutech-Perez
Collaboration