France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Pauline Koetschet Philosophe, chercheur à l’IFAO (Le Caire)
  • Ali Benmakhlouf professeur de philosophie à l'université Paris Est Créteil et membre senior de l'Institut universitaire de France, membre titulaire de l’Académie Nationale de Pharmacie

C'est à partir du petit opuscule appelé le Livre de la religion et de son commentaire du dialogue Lois de Platon que nous cheminons avec le philosophe Fârâbî (Xe s.). Originaire d'Asie Centrale, il a été formé à Bagdad où il a appris l'arabe à l'âge de quarante ans pour produire dans cette langue une oeuvre philosophique majeure inspirée des Grecs et articulée à l'horizon de la croyance islamique. Par la suite, les philosophes de langue arabe (musulmans comme chrétiens ou juifs) l'appelleront le second maître , après Aristote. Fârâbî a été aussi un philosophe politique qui a médité sur les conditions de la cité vertueuse destinée à conduire ses habitants vers l'obtention de la félicité (as-sa'âda). Nous le débusquerons notamment à travers ses remarques à partir de Platon sur l'évolution de la loi et la nécessité de son adaptation à des conditions mondaines qui changent. Remarque qui bouscule avec bonheur le dogme de la permanence de la Loi divine qui entrave tant l'islam dans son évolution nécessaire. Bibliographie : Al-Fârâbî, Philosopher à Bagdad au Xe siècle , présentation et dossier par Ali Benmakhlouf, Traductions par Stéphane Diebler, glossaire par Pauline Koetschet, bilingue arabe-français, Essais/Points, Seuil, 2007.

L'équipe